vendredi 21 décembre 2012

La fin du monde

Je ne connais personne dans mon entourage qui prenne vraiment au sérieux cette histoire de fin du monde. Mais ça ne nous empêche pas d'en parler, d'en rire, ou même d'y réfléchir un peu.

Lire la suite...

mercredi 25 mai 2011

Sur la route. 2/2

Deux billets en rapport avec les transports privés, parce que c'est d'actualité et parce que j'ai envie. Second billet, cette fois sur le transport en deux-roues, du point de vue du passager.

Lire la suite...

dimanche 9 janvier 2011

Sur les nerfs

C’est le terme qui convient exactement à mon état actuel. Oui, bon, je n’ai jamais été très patient, ni très zen, mais là, ca commence à avoir un gros impact sur ma vie.

Mais bon, ca ne vient pas uniquement de moi. Toutes les merdes qui nous sont tombés dessus dernièrement ont eu raison de mon calme.

Lire la suite...

jeudi 9 septembre 2010

Legendes urbaines

J'aime bien les légendes, qu'elles soient urbaines ou traditionnelles. Mais surtout les urbaines, sans doute parce qu'elles sont plus proches de nous, plus probables. On sait que c'est sans doute pas vrai, pas réel, mais on espère quand même que c'est vrai. Parce que si ces légendes sont vrais, alors le monde dans lequel on vit est nettement plus sensationnel que celui qu'on subit quotidiennement.

Lire la suite...

lundi 9 août 2010

En moto dans les Pyrénées

Je ne fais pas de ski de piste. Éventuellement du ski de fond, s'il ne fait pas trop froid, mais jamais de piste. Pourquoi? Parce que je n'aime vraiment pas me lancer dans des pentes à toute vitesse sans rien d'autre que l'air entre moi et le sol ou les pylônes ou les autres gens. Vous voyez ce que je veux dire? Ben, en moto, c'est à peu près pareil.

Lire la suite...

vendredi 12 mars 2010

Formation en management de ServiceBureau

Voila ce à quoi j'ai eu droit la semaine dernière : une formation en management du ServiceBureau. Je vous en avais parlé un peu la semaine dernière.

Lire la suite...

mardi 2 mars 2010

Welcome to the red lantern corp

Les gens qui n'ont pas vécu avec moi s'imaginent sans doute que je suis quelqu'un de posé, de zen, de calme. Ces mêmes personnes savent que je m'énerve facilement mais pas beaucoup, qu'il y a beaucoup de choses qui m'irritent, mais que je sais garder mon sang froid.

Certes. Mais pas que.

Lire la suite...

mercredi 20 janvier 2010

Excuse et inquietude

Je voudrais commencer ce billet en présenter mes excuses. Des excuses à toutes les  personnes dont j'ai pu me moquer à cause de leurs relations avec leurs animaux domestiques.

Lire la suite...

jeudi 29 octobre 2009

On joue à chat? C'est toi le chat.

Ce matin, je ne travaillais pas, j'avais prévu de farmer des bêtes dans wow pour augmenter mes compétences en travail du cuir. C'était sans compter sur la bête qui partage mon logement. (Je parle bien sûr du chat, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit.)

Lire la suite...

jeudi 2 octobre 2008

L'automne du changement. (Chap. 1.2)

Si vous avez lu les commentaires du billet precedent ou mes twitts de vendredi, vous devez vous dire qu'il s'est passé quelque chose en rapport avec mon boulot pendant que je me promenais à Paris. Voila ce qu'il s'est passé.

Lire la suite...

vendredi 8 août 2008

C'est officiel

Bonjour à tous,
Nous avons proposé à [TarValanion] de remplacer [FontaineGrise] à la coordination..
Il a accepté et assurera cette mission à compter du 1er septembre.
Nous comptons sur votre diligence pour faciliter sa prise de fonction.
[VendeurAspirateur]

Lire la suite...

mercredi 14 novembre 2007

Peur

Samedi dernier, pendant que j'etais au ciné, Bill lisait mon compte-rendu de vacances dans le nord-est. Et forcement quand il m'a rejoint, il n'a pas pu s'empecher de me faire une remarque sur ma peur des forets. Alors avant que Bill, ou plutot Wizmaster (aussi present lors de la discussion), ne s'empare de ce sujet, je m'en vais le developper ici moi-meme, tel que je le ressens

Lire la suite...

lundi 5 novembre 2007

Back from outer space

Nous voila revenus de ces mondes froids, etranges et vides que sont la Franche-Comté et la haute vallée de l'Adour. Et j'ai reussi à passer les differentes epreuves avec succes, à savoir :

  • manger chez ma belle-mere et/ou au resto tous les jours deux fois par jour sans prendre plus de 500 grammes
  • passer du temps avec mes amis pour renouer le contact et prendre des nouvelles des uns et des autres
  • visiter et decouvrir des choses jusqu'alors inconnues
  • me ressourcer et passer du temps en amoureux avec mon homme malgré nos chambres separées
  • effectuer des activités sportives et extenuantes sans me plaindre
  • survivre au froid de la maison mal isolée de mes parents ou de la maison non chauffée des mes beaux-parents
  • passer neuf heures dans une voiture avec mon grand-pere sans l'etriper ou l'abandonner sur le bord de la route
  • avoir des discussion interessantes avec mon homme sur l'architecture, la construction d'une maison, le futur plus ou moins proche et les uchronies et autre parachronies.

Pendant ces quelques jours dans le nord-est, j'ai croisé plein d'amis et de connaissances. J'ai discuté etat de la recherche française et travaux de commerces avec mon ancien collegue Bruno qui est maintenant directeur d'agences dans une boutique Apple. J'ai parlé travail en suisse et femme de procureur avec Ben et Floz qui continuent tranquillement leur petit bonhomme de chemin, j'ai evoqué le metier d'enseignant et les formations d'infographiste avec Jerrine qui nous avaient préparé un super colis, j'ai parlé plantes et cuisines avec ma belle-mere, je me suis enervé avec mon grand-pere à propos de son fils et de la recherche spatiale, j'ai bitché sur les bloggeurs et les colocataires avec Rouge-Cerise et j'ai essayé d'expliquer à mon homme le principe des para-chronies sans support et apres une bouteille de champagne.

J'ai été tres impressionné par les nombreux travaux routiers et ferrés effectués pour désenclaver la haute Saone et faire decouvrir le pays de la patate à de plus en plus de gens. Je me suis promené dans les petites routes de cette region de jour et de nuit et il m'est arrivé de flipper tres tres souvent (les forets ont tendance à me faire peur, je crains toujours de rencontrer un truc genre Dame Blanche ou autre), en particulier la nuit.

Bref un week-end prolongé tres tres agreables. Aujourd'hui, je suis reviendu au boulot et meme si je souffre encore de mes activités sportives d'hier et avant-hier, je peux enfin me reposer.

mardi 28 août 2007

Roumanie – Carnet de Route : Transport et déplacements

La roumanie n'étant pas si loin que ça et les moyens du groupe étant limités, nous y sommes allés en autocar. Autocar couchette afin de pouvoir dormir dedans. Ce n'est pas la première fois que nous nous déplaçons ainsi et nous commençons à être rodés. Nous avons nos duvets, nous coussins et de quoi préparer un petit déjeuner complet sur une aire d'autoroute.

La grande question cette fois-ci était de savoir si la boite de transport que nous avions contacté pourrait nous fournir un car neuf ou pas. Et en fait, non. Il lui manquait des signatures pour que le car ait le droit de circuler, et bien sur le signataire était en vacances... Du coup, notre transporteur a été obligé de louer un car couchette à un de ses concurrents. Concurrent qui en a profité pour lui refiler un vieux car bien pourri. Freins quasi-inexistants, surchauffe du moteur très régulière, sièges ruinés, embrayage défaillant et j'en passe. Deux bons points : un lecteur DVD pour les clients et un chrono-tachygraphe à disque (par opposition à ceux à cartes). Le lecteur DVD a permis aux clients de survivre aux longues heures de trajets sans mourir d'ennui et les disques ont permis à Bill de faire des infidélités à sa boite sans qu'elle le sache.
Enfin, dernier problème dans ce car : la clim. Lorsqu'elle n'était pas en marche, il y avait une fuite au dessus d'une rangée de sièges. C'est pas cool pour ceux qui sont dessous. Résultat : clim en marche à longueur de temps. Je déteste la clim. Ça souffle, c'est froid, ça tombe directement dans le cou. Heureusement qu'il faisait assez chaud dehors pour contrebalancer. On a eu un super beau temps pendant tout notre voyage et des températures entre 25 et 30° tous les jours.
Mais tout ceci ne sont que des petits désagréments mineurs du transport. LE gros problème, c'était les routes. En France et en Italie, ça va. Les autoroutes sont larges et régulières et vont d'un bout à l'autre du pays. En Slovénie et Croatie, il y a certains passages ou les autoroutes ne sont pas finies, mais on voit les travaux en passant sur les petites routes à cotés. En Hongrie, c'est pareil au niveau infrastructure, mais les conducteurs commence à se conduire (haha) un peu plus bizarrement. Mais la Roumanie, c'est vraiment un monde à part. J'ai pas traversé tout le pays, mais sur les 500 km que nous avons parcouru, nous n'avons pas vu une autoroute, pas une seule deux-fois-deux-voies, au mieux de temps en temps un passage en trois voies sur 500 m. Rajoutez à tout ceci le fait que les roumains conduisent comme des barjots et doublent partout et en tous lieux et vous aurez la recette pour une bonne cure d'adrénaline.

En fait, il y a plusieurs problèmes :

  • Tout d'abord, des petites routes, la plupart du temps sinueuses et toujours dans un état déplorable (de lapin). Il nous est arrivé de rouler sur une route classique et de nous retrouver pendant 100 mètres sur une piste de poussières et de cailloux.
  • Ensuite, se côtoient sur la route non seulement des voitures et des camions, mais aussi des vélos, des charrettes et des piétons (parfois accompagnés d'une vache). Et les charrettes ne sont pas les plus rares. Je n'ai jamais vu autant de "deux chevaux" sur la route en si peu de temps.
  • Enfin et surtout, des conducteurs qui ont compris le principe du dépassement, mais pas les dangers inhérents à ce genre de pratique. Nous avons déduit de leur comportements que les lignes blanches sont là uniquement pour la décoration. Ils doublent n'importe où, n'importe comment. En montée, dans les villages, dans les courbes, voire les trois en même temps. Un jour, notre car était coincé à 40 km/h derrière un camion d'auto-école. Il y avait dans l'ordre : le camion-école, un transport de boissons non alcoolisés, notre car et un autre camion. Ce dernier a doublé les trois qui le gênaient en plein village, à fond, sans se soucier des habitants. Si un gamin traverse à ce moment-là (et les probabilités sont fortes), c'est fini pour lui, il y passe.

Grâce à mon siège à l'avant du car et à mon apn qui fait vidéo, j'ai pu filmer quelques-uns de ces dépassements. La plupart des commentaires sont faits par ma mère... Je vous livre ici le montage réalisé. Suivez bien parce que des fois, ça commence direct!


BestOfRoumanie
Vidéo envoyée par TarValanion

mercredi 25 juillet 2007

Punition

Ce billet contient des morceaux d'Harry Potter, mais aucun spoiler.
Comme vous le savez deja, j'ai acheté le bouquin dès sa sortie samedi matin (pas à 1h du mat, je suis pas si fou que ca). Et je l'ai commencé tout de suite. J'ai quand même une vie, ce qui fait que je ne l'ai fini que hier soir.
Lundi dernier, j'etais allé voir "Harry Potter et l'Ordre du Phenix" au cinema avec Wizmaster. Autant dire que c'est la periode HP.

Lire la suite...

mercredi 20 juin 2007

Dernieres lectures

Pour mon anniversaire, j'ai eu, entre autres, trois livres. De trois personnes differentes.

Lire la suite...

samedi 4 mars 2006

Tout perdre

Dans le livre que je suis en train de lire, un des personnages meurt, la gorge tranchée. Peu après, sa soeur arrive et voit le corps tel qu'il a été decouvert. En presence d'autres personnes, cette soeur reste exterieurement calme. Elle prend ensuite le corps de sa soeur dans ses bras et demande à rester seule. Lorsque tout le monde est sorti, on entend un cri, "the full-throated cry of a woman mourning the loss of everything".[1]
Et là, je reflechis. Outre le fait que ce genre de scene me touche toujours, je m'interroge. Connaitrais-je un jour ce deuil, cette perte? Pas tel que je suis actuellement. Rien de ce que je tiens actuellement pour acquis ne represente "tout" pour moi.
Bien sûr, lorsque je perdrai un proche (ami, famille, conjoint), il y a des chances pour que je ressente une tristesse, un sentiment de perte plus ou moins fort, mais quand même pas au point de tout lacher; pas au point d'avoir l'impression que l'univers s'est effondré.
Je pense que ce genre de sentiment est reservé à deux types de personnes :

  • les personnes agées en couple et qui ne vivent que par et pour leur conjoint
  • les personnes qui ont accompli un enorme travail et qui le voient disparaitre completement (l'angoisse du doctorant maladroit qui voit sa these detruite au detour d'un disque dur mort)

Dans les autres cas, il existe toujours autre chose. Pas forcement pour remplacer (puisque c'est en general irrmplaçable), mais pour continuer ou recommencer. Des enfants ou des amis lors de la perte du conjoint; d'autres amis lors de la perte d'un ami; des notes, des collegues, d'autre travaux dans le cas où on perd son oeuvre.

Par contre, l'opera ne se prete pas à ce genre de scene. Entre le debut et la fin de l'ecriture de ce billet, j'ai assisté à Rigoletto; où le personnage principal voit son unique fille mourir sous ses yeux (par sa faute, qui plus est). Ben, on ne ressent pas la même douleur. Ca doit etre le chant qui fait ça. Difficile de prendre au serieux quelqu'un qui chante devant le cadavre de sa fille. Surtout quand le cadavre en question a eté poignardé en plein poitrine une heure plus tot et continue à chanter lui aussi.

[1] : Traduction assez difficile. Disons que c’est "le cri à plein poumons d’une femme pleurant la perte de tout."

mardi 13 septembre 2005

A quoi ca tient...

Vous le savez depuis plusieurs semaines : je suis parano. Et le pire c'est que ca ne se limite pas à mon code de carte bleue...

Lire la suite...

lundi 22 août 2005

Paranoïa

J'imagine que ca doit etre pour la plupart des gens pareil : quand je tape un mot de passe ou un code sur un clavier, je me dis le code dans ma tête. Sauf que je suis tellement parano que moi, je change toujours une lettre ou un chiffre. Pas dans ce que je tape, mais dans ce que je me dis à moi-même...
Desesperant, non?

mercredi 1 juin 2005

Three times in a month

Attention, ce texte contient des informations sur moi assez personnelles. J'ai besoin de les dire, de les écrire. Si vous souhaitez continuer à lire un illustre inconnu, si vous préférez les notes légères et humoristiques, si vous ne voulez pas connaître les tréfonds de mon âme, je vous conseille fortement de ne pas continuer.
Toi, le visiteur occasionnel, passe ton chemin et reviens un autre jour.

This being said, I can now go on with my story.

Lire la suite...

- page 1 de 2