Pratiques particulieres - Temoignages bis

Pour finir sur ce sujet, je vous livre ici 4 nouveaux textes rédigés de différentes manières. Le premier est de moi. Les 3 suivants sont de lecteurs de ce blog, plus ou moins connus de moi-même. Lorsque j'ai l'autorisation, le pseudo de la personne apparaitra. Ce billet devrait clore la série, du moins sur mon blog.

Comme d'hab, si vous êtes facilement choquable ou mineur, n'allez pas lire la suite de ce billet.

Pour commencer, j'ai 2 petites infos à donner.

Tout d'abord, alors que j'étais hier en terrasse d'un salon de thé, je vois passer une fidèle lectrice de ce blog, accompagnée de son mec. Salutations rapides. En partant de ce lieu, je signale à cette fidèle lectrice qu'il y a un nouveau billet sur mon blog, sachant qu'elle s'empressera de le lire.
Aujourd'hui, je recroise cette même fille, toujours accompagné de son mec. Elle m'avait déjà donné son ressenti sur ce billet, mais elle m'en a reparlé. Elle a lu le billet avec beaucoup d'intérêt, contrairement à son homme. Celui-ci a commencé à lire en même temps qu'elle, mais a été obligé de s'arrêter assez rapidement. Apparemment, il ne pouvait pas supporter de savoir tout ça. Et il a fini par me dire : "Tu me fais peur, maintenant." Je lui ai répondu sur le ton de la rigolade : "Ah ben oui, je suis effrayant, ca se voit tout de suite. Et puis je suis tellement plus grand et tellement plus musclé que toi" (lourde ironie). Il est resté quelques secondes de plus à me regarder et à dire "oui mais quand même..." pendant que ma lectrice discutait avec des amis communs. Ensuite, ils sont tous les deux repartis vaquer à leurs occupation. En voila un que je n'ai pas du tout convaincu, bien au contraire.

Ensuite, je tiens à signaler une petite anecdote SM racontée par Orpheus sur son blog, suite à sa lecture de mon billet. Je n'ai jamais essayé cette pratique, n'étant pas vraiment intéressé, mais il raconte ca très bien. en plus il utilise une technique dont je n'avais jamais entendu parler auparavant. Mes sources sont principalement anglo-saxonnes et on sait bien que ces gens ne savent pas profiter de la vie comme nous! :D Virgile a lui aussi écrit un billet en suite des miens. Il aborde un sujet que je connais beaucoup moins et dont je parle peu : le fétichisme. Et surtout il aborde un peu le coté psychologique des pratiques particulières et le ressenti social qui y est lié. Tres intéressant.


Maintenant un texte écrit par Ydikoi. Il me l'a envoyé directement, sans que je lui pose de questions ou quoi que ce soit. C'est vraiment un texte libre. Et surtout un texte très bien rédigé.

Il y a peu de temps, je discutais avec un ami et je ne sais comment, la conversation est arrivée sur la question de la domination sexuelle. Je l'ai alors vu se recroqueviller sur lui même, et une moue de dégoût apparaitre sur son visage alors qu'il me demandait comment on pouvait faire 'ça'. Je lui ai alors demandé s'il ne lui jamais été arrivé de saisir les mains de son copain pendant qu'ils faisaient l'amour, pour éviter qu'il ne se masturbe, ou alors pour lui faire maintenir son excitation sexuelle par des touchers qu'il aurait pu refuser sur l'instant. Un peu gêné, il a hoché la tête, comprenant que par cet acte plutôt anodin, il avait en fait eu, à ce moment précis, une attitude dominatrice, et donc une relation de type BDSM avec son homme.

Quand on parle de ces "pratiques particulières", il faut commencer par cerner précisément de quoi on parle, le premier risque étant de mélanger un peu tout, et pour commencer les acronymes français et anglais.

Commençons donc par là, d'où vient ce terme BDSM ?

BDSM est littéralement un acronyme pour Bondage & Discipline, Domination & Soumission, Sado Masochisme.
Ce qu'on appelle le BDSM relève donc de l'une ou l'autre de ces pratiques, prises séparément ou conjointement ; et par extension de pratiques annexes qui peuvent se lier à l'un ou l'autre de ces thèmes.

La définition littérale (littéraire ?) posée, la compréhension de ce qu'est le BDSM n'est pour autant pas plus claire, tant elle laisse paraitre une variété infinie de concept et de pratiques. On va donc essayer de rentrer un peu plus dans le détail.

C'est quoi, le BDSM, alors ?

C'est un jeu, sexuel ou connoté sexuellement, entre deux personnes, l'une (dominateur) prenant le contrôle du jeu, l'autre (soumis) abandonnant l'initiative au premier.

C'est un jeu, donc le but est de s'amuser.
C'est un jeu, mais puisqu'il y a abandon, il doit y avoir une confiance certaine.
C'est un jeu, donc il doit y avoir des règles, notamment de ce qui est permis ou pas.
C'est un jeu, donc la fin doit être définie, notamment le moyen pour le soumis de l'arrêter.

Les limites du jeu sont vastes, elles varient selon les participants, et les envies du moment. En prenant le bondage comme exemple, certains seront simplement intéresses par un ligotage tout juste fonctionnel, là où d'autres ne seront intéresses que le cote esthétique du bondage ; certains le voudront juste immobilisant, d'autres le voudront contraignant ; certains ne l'envisagent que comme un moyen de renforcer leur soumission, dans le cadre sexuel, d'autres ne l'imaginent pas nu, la seule contrainte servant à assouvir le fantasme en dehors de tout acte sexuel.

C'est bien la que tout se joue : il n'y a pas un seul BDSM, mais autant que de pratiquants,et de fantasmes. De la même manière, il ne peut y avoir une seule explication des mécanismes psychologiques associes à chacune des positions, chacun retrouvant dans son histoire personnelle ses propres motivations . Ce qui peut être un fantasme pour l'un peut ne pas l'être pour un autre, de la même manière que deux personnes peuvent, sur un même acte, avoir des recherches totalement opposées.
Mais ce qui relie toutes ces formes de pratiques est la domination apparente du dominateur envers le soumis, et celle, beaucoup plus forte et contraignante mais cachée, du soumis vers le dominateur.

1. La domination envers le soumis
Elle commence de manière inconsciente, par de simples gestes anodins : empêcher son compagnon de se toucher pendant un rapport sexuel, lui imposer le rythme d'une fellation ou d'une pénétration, jouer avec des parties sensibles et érogènes (tétons, testicules, gland, ...) pour aller chercher constamment la ligne tenue qui sépare la jouissance de la douleur, etc ... Dans tous les cas, il s'agit chez le dominateur d'exciter son soumis avant de l'amener à une jouissance psychologique ou sexuelle.

2. L'inversion des rôles
Toute la base des relations de type BDSM est là : un double contrat moral entre le domi et le soumis, où le domi s'engage 1) à amener son soumis vers la jouissance, 2) à respecter le cadre, les limites qui ont été fixées. Il n'est plus, de fait, maitre de la trame globale du plan, fixée par le soumis, et par conséquent de son plaisir. Il est contraint par ce qu'il a fixé, et contraint également par la possibilité qu'à le soumis (et qu'il doit absolument avoir) d'arrêter le plan, le jeu, sur un simple mot. C'est le soumis, in fine, qui est, et doit rester le maître du jeu.

Dans tous les cas, on le constate, la domination est autant physique que psychologique, même si elle prend, selon les participants, plus ou moins d'ampleur de chacun des côtés.

Qu'est ce alors qu'un bon dominateur ?

D'abord, quelqu'un en qui on a confiance.
Ensuite, quelqu'un convaincu du caractère ludique de ce type de plan, qui n'en fera pas une question d'honneur, de virilité mal placée ou de sexualité mal assumée.
Enfin, quelqu'un qui écoute : les fantasmes de l'autre, ses peurs, ses envies, ses attentes. Et qui, après coup, est capable de mener un 'debriefing' pour connaître le ressenti de l'autre, les points qui ont répondu à son attente, ceux qui étaient absents, ceux qui sont à améliorer. Et donc, il ne doit pas hésiter à se remettre en cause.

Et maintenant, on fait quoi ?

Après ces longs préliminaires, il faudrait rentrer un peu plus dans le cœur de l'action, et évoquer les principales pratiques associées au BDSM. Les descriptions ne manquent pas sur la toile, mais pour un point de vue plus neutre, wikipedia fera très bien l'affaire (même s'il me semble que certaines de leurs positions sont critiquables) :

Une dernière précision : on voit très souvent le SM (sado masochisme) associé uniquement à la douleur. Ce n'est pas tout à fait vrai. Le sado-masochisme utilise certes la douleur (souvent associée à la domination ou l'humiliation) , mais dans le but d'atteindre le plaisir : la douleur génère des endorphines, qui provoquent plaisir intense, relaxation et détente.


Le texte suivant est un interview comme ceux du billet précédent. il a été mené en direct. certaines questions sont récurrentes par rapport aux autres interviews et d'autres questions sont des rebonds sur les réponses, plus spontanées donc. C'est McM qui répond ici à mes questions.

  • TarValanion dit : Comment te définis-tu toi-même ?
  • McM dit : gay, juste gay
  • TarValanion dit : et par rapport au bdsm et au fétichisme?
  • McM dit : ce n'est pas une composante importante, mais puisqu'il faut répondre (je suis un peu là pour ça) en BDSM : dominé par paresse et dominateur par envie, en fétichisme pas grand chose
  • TarValanion dit : Tu vis en couple, actuellement ?
  • McM dit : ah non
  • TarValanion dit : ok. Donc, tu fais ça avec des plans cul?
  • McM dit : non plus :P disons que je pimente mes plans love avec "ça"
  • TarValanion dit : ok. Tes plans love sont au courant des tes préférences à la base où ils l'ont appris petit à petit?
  • McM dit : comme je le disais c'est pas tellement une préférence, c'est plus un jeu, une position que je prends ou impose, donc non ils ne savent pas
  • TarValanion dit : ok. En tant que dominé, qu'est ce qui t'excite? Qu’est-ce que tu recherches?
  • McM dit : Ce qui me plait c'est d'être maitre de la situation, de contraindre l'autre à ma volonté. Ce qui m'excite c'est d'être moins entravé dans mes pulsions. Là où dans un cas classique l'autre dirait "non, doucement" par exemple, moi j'impose d'aller un cran plus loin
  • TarValanion dit : ah oui, même en tant que dominé tu imposes à l'autre et à toi même d'aller plus fort, plus vite, plus loin, c'est ça?
  • McM dit : surtout à l'autre :) Mais comme ca me libère moi, j'y vais aussi
  • TarValanion dit : ca te permet de faire des choses que tu ne ferais pas en temps "normal", c'est ça?
  • McM dit : je suis un grand timide
  • TarValanion dit : timide jusqu'à ce que tu atteignes ce point où tu te lâches plus
  • McM dit : dans la même soirée, je peux hésiter pendant 2h à te tenir la main et t'entraver
  • TarValanion dit : c'est marrant. Et ca doit être surprenant pour l'autre
  • McM dit : je ne sais pas s'il s'en rend compte sur le moment, c'est une progression
  • TarValanion dit : depuis quand as tu ces fantasmes, ces pratiques?
  • McM dit : depuis toujours
  • TarValanion dit : et tu as toujours agi comme ça avec tes amants, ou au début tu n'osais pas?
  • McM dit : je crois qu'il me fallait un peu plus de temps avant et je gagne en confiance, ça joue
  • TarValanion dit : tu as été dominant de suite ou tu as d'abord eu une phase de dominé uniquement?
  • McM dit : c'est bien plus dur d'être dominant, pas facile à assumer avec mon gabarit
  • TarValanion dit : en tant que dominant, y a-t-il des choses que tu préfères "imposer" à tes soumis ?
  • McM dit : les attacher pour les faire jouir ou pas, et surtout quand je le décide
  • TarValanion dit : contrôle du mouvement et contrôle de la jouissance. Sympa. :) Il t'est arrive de refuser complètement la jouissance à un homme ou ca a toujours été un retardement?
  • McM dit : comme cela reste assez soft, au moment où j'ai envie de jouir je relâche un peu la pression et je le laisse se finir
  • TarValanion dit : donc, tu n'imposerais pas une ceinture de chasteté, par exemple?
  • McM dit : heu non, pas de ceinture de chasteté, pas trop d'accessoires
  • TarValanion dit : justement, tu as quoi comme matériel? Tu te sers de quoi?
  • McM dit : je ne suis pas fétichiste du matériel, y'a bien une corde qui traine et une ceinture en cuir et un jour je craquerais pour des bracelets
  • TarValanion dit : non, mais sans être fétichiste, ca peut faciliter la tache, parfois ;)
  • McM dit : le contrôle mental est plus efficace :P
  • TarValanion dit : mais plus difficile à mettre en place, non?
  • McM dit : oui, ce n’est pas compatible avec un plan d'une heure entre deux rendez-vous. Mon partenaire est plus soumis que dominé en fait
  • TarValanion dit : tu te vois en dominant hors de la chambre? Ou est-ce que tu relâches après le sexe?
  • McM dit : Hum, je ne sais pas si c'est une pulsion liée au sexe ou si c'est plus profond dans ma nature. Pour l'instant ca reste cantonné au sexe
  • TarValanion dit : mais ca ne te semble pas complètement impossible d'évoluer vers autre chose
  • McM dit : rien n'est impossible :D
  • TarValanion dit : :D Lors de la découverte de tes fantasmes, tu as trainé un peu sur internet pour en apprendre plus?
  • McM dit : pas vraiment. Je n'ai jamais cherché après un film par ci, un lien par là, je regarde 5mn et basta
  • TarValanion dit : ok. Rien de particulier, pas de site préféré ou marquant, donc?
  • McM dit : non, aucun qui reste en mémoire
  • TarValanion dit : au niveau fétichisme, tu disais que tu n'avais pas grand chose. Tu peux quand même nous en dire un peu plus?
  • McM dit : j'ai longtemps été rebuté par les pieds et puis je me suis fait lécher les pieds, aaaaah :) Depuis un pied propre ne me fait par peur, sinon je tripe un peu sur les brassards en cuir
  • TarValanion dit : le léchage de pied, c'était une initiative de ton partenaire d'alors, j'imagine
  • McM dit : oui
  • TarValanion dit : il a profité que tu étais soumis ou c'est venu comme ça et tu l'as laissé faire?
  • McM dit : à vrai dire je ne me souviens plus comment s'est venu
  • TarValanion dit : tu aurais des conseils à donner aux dominants qui nous lisent? Et aux dominés?
  • McM dit : aux dominants d'avoir une grande confiance en soi, de jouer avec les limites en faisant très attention de ne pas faire retomber l'excitation du partenaire. Aux dominés d'être plus demandant
  • TarValanion dit : j'aime bien ton approche du dominé qui doit être lui aussi dirigiste. :D Je m'en souviendrai.
  • McM dit : chacun son rôle
  • TarValanion dit : tu parlais de contrôle mental, difficile à mettre en place sur un plan, d'une heure. Ca veut dire que c'est un travail de fond, que tu recommences sur plusieurs séances avec la même personne ou que c'est possible sur une seule séance mais plus longue?
  • McM dit : en 3-4h on arrive déjà à quelque chose si le partenaire est réceptif
  • TarValanion dit : Ca se passe comment? Des ordres verbaux à respecter sous peine de légères punitions?
  • McM dit : comme pour les animaux, à base de répétitions
  • TarValanion dit : Répétitions sur la durée dans la même seance donc. Mais pas de punition du tout, pour marquer la désobéissance?
  • McM dit : non, au pire je sers un peu plus fort ou je replace un membre un peu plus violemment. Le regard suffit
  • TarValanion dit : mais il faut quand même pas mal de charisme pour imposer ça avec le regard.
  • McM dit : j'ai un regard expressif :P
  • TarValanion dit : j'imagine
  • McM dit : si ca ne suffit pas, c'est que le partenaire n'est pas très réceptif
  • TarValanion dit : oui, forcement. Ca t'arrive de revoir des personnes que tu as dominées quelques temps avant?
  • McM dit : ah oui. Et ca ne présume en rien de la relation suivante
  • TarValanion dit : c'était ma question suivante. Il faut donc recommencer "le travail" à chaque fois?
  • McM dit : oui et non. Oui il faut recommencer à chaque fois mais ça va beaucoup plus vite
  • TarValanion dit : si ca va plus vite, ca doit pouvoir permettre d'aller un peu plus loin, non?
  • McM dit : ça devrait mais je ne cherche pas à aller plus loin, pour l'instant
  • TarValanion dit : Tu parlais d'animaux tout à l'heure. Ca t'intéresserait de dresser un mec comme on dresse un chien?
  • McM dit : non, par contre je me vois bien avec un esclave sexuel
  • TarValanion dit : un mec qui habite chez toi et serait présent pour satisfaire toute demande à n'importe quel moment?
  • McM dit : peut être pas à l'année, mais c'est l'idée oui
  • TarValanion dit : ok. Je comprends tout à fait. Tu aurais une petite anecdote à nous raconter?
  • McM dit : non, juste que mes partenaires sont souvent surpris de la force d'une clé de jambes ou comment j'arrive à garder une main libre tout en les bloquant :)
  • TarValanion dit : ca doit être l'expérience, ça. Est-ce que tu as quelque chose d'autre à rajouter?
  • McM dit : oui, les autres témoignages ont insisté sur la confiance nécessaire du dominé dans le dominateur, mais il ne faut pas oublier le dominateur doit aussi avoir confiance en lui et que pour cela le dominé doit l'y aider en étant bien soumis par exemple
  • TarValanion dit : effectivement, c'est une bonne remarque.
    Je pense qu'on a fait le tour, donc.
  • McM dit : bye
  • TarValanion dit : A plus et encore merci

Petite remarque de ma part :
McM me dit : "oui, [le contrôle mental] n’est pas compatible avec un plan d'une heure entre deux rendez-vous." Du coup, pour moi, il faut prévoir un contrôle physique. Je ne connais pas le métier de McM, ni les types de rendez-vous qu'il a. Mais là, je m'imagine un Maitre en costard-cravate et mallette. Et cette mallette contenant un double fond, rempli de cordes, menottes et autres baillons, en dessous des dossiers à négocier. Ça m'inspire pour une petite fiction à sujet sexuel.


Le troisième texte est un échange de question-réponses entre un lecteur qui souhaite rester anonyme et moi-même. L'échange s'étant fait par mail, les réponses sont plus longues et les échanges moins spontanés. C'est pas forcement plus mal, j'ai tendance à interrompre mes interlocuteurs. Le plus intéressant est qu'il s'agit là d'une personne qui n'est quasiment que dans un rôle de dominant. Ses réponses sont assez différentes de ce que vous avez pu lire jusqu'à maintenant, ce qui est très bien.

  • Moi : Voici mes questions.
  • Lui : Avant toutes choses, je me présente. J'ai 28 ans et je pratique le bdsm ou assimilé depuis 5 ans maintenant. J'ai un rapport assez cool à ma sexualité, et j'ai un peu de mal avec l'image que dégage le SM dans toutes les communautés. D'où mon envie de témoigner, pour éclairer un peu le truc, et surtout faire passer un message : c'est avant tout dans la tête, accessoires ou pas.
  • Moi : Comment te définis tu toi-même par rapport au bdsm et au fétichisme?
  • Lui : Je suis pratiquant et croyant ! Je suis dominant et j'adore cela, mais avant tout le propos est de trouver un partenaire que ça éclate. Je ne prends pas mon pied à dominer un mec, je le prends si ça l'excite que je le domine. C'est un truc qui s'auto-alimente et qui du coup te permet d'aller assez loin. A partir de là, j'ai beaucoup de fantasmes, et ne suis bloqué sur rien, c'est l'excitation partagée avec le partenaire qui m'excite.
  • Moi : Depuis quand as-tu des fantasmes "hard" ?
  • Lui : J'ai longtemps rêvé d'être aux commandes, je dirai que c'est depuis que j'ai commencé ma vie sexuelle.
  • Moi : T'es-tu construit en même temps en temps que gay et en tant que bdsm?
  • Lui : D'abord en tant que gay. Pour moi le bdsm n'est pas une identité, c'est un loisir; Mais je comprends que l'on puisse le vivre en mode de vie ou en passion.
  • Moi : As-tu été un soumis avant d'être un dominant ou as tu été un dominant dès le début?
  • Lui : J'ai un gros blocage sur le fait d'être soumis. J'essaie de temps en temps avec des partenaires en qui j'ai confiance et que je connais bien, et ça m'excite bien. Mais je ne pense pas creuser plus que dans cette configuration.
  • Moi : As-tu d'abord fait des plans cul spécialisés dans ce domaine ou as-tu commencé avec ton amant de l'époque?
  • Lui : Le premier mec, je l'ai déniché sur le web, et je lui ai dit : je veux arriver chez toi, tu m'attends à poil, je te mets des baffes, tu me sers à boire, et tu me lèches partout où je te l'ordonnerai. Il l’a fait et ça m'a beaucoup plu !
  • Moi : Est-ce que tu as un rapport dominant / dominé dans la vie de tous les jours ou uniquement "au lit"?
  • Lui : Je suis directeur, donc je joue forcément dans cette cour, mais je ne l'envisage pas comme cela
  • Moi : Comment abordes-tu le sujet avec des amants (dans le cas où ils n'ont pas été choisis pour ça) ?
  • Lui : Je n'en parle pas explicitement, je le mets en place, par l'attitude, la suggestion, éventuellement quelques accessoires.
  • Moi : Quelles sont les pratiques de domination que tu utilises? Quelles sont tes préférées?
  • Lui : Je ne suis pas super branché accessoires. Le cuir, le latex et autres ne me font pas grimper au plafond. Si le mec est une très bonne lope et qu'il a un harnais, alors c'est top.
    Non, mon truc, c'est la domination : par la voix, les gestes, de l'ordre simple, avec ou sans insultes à la baffe plus ou moins retenue, voire des coups ou des fessées. L'objectif pour moi est que le mec obéisse (dans la limite du champ que nous avons fixé auparavant), me fasse plaisir et fasse donc ce que je lui dis, et dans l'idéal, que l'on en rediscute ensemble pour élargir les limites et s'amuser encore plus. Il y a trois mecs que je vois depuis 3 ans et on a énormément progressé ensemble.
    Voilà ça c'est la base du truc, après les pratiques ça va de très soft à beaucoup plus hard :  baffes, coups, bondage, mollards, crachats, plan alcool ou drogue, uro (en douche ou direct à la bouche),  lopage de gueule très hard (avec écarteur de bouche). J'ai un gros kiff ceci dit : me faire lécher les pieds, intégralement, par un mec soumis. C'est un kiff sans pareil !
  • Moi : Quel est le sentiment que l'on ressent en dominant une personne?
  • Lui : La puissance, le pouvoir, le plaisir, le sentiment de maîtriser. C'est très excitant pour moi, et ça excite la lope que ça m'excite, et ainsi de suite.
  • Moi : On dit que le pouvoir corrompt. Est-ce que tu t'es déjà laissé emporter le sentiment de puissance, au point de dépasser les limites? A la question précédente, tu as répondu "La puissance, le pouvoir, le plaisir, le sentiment de maîtriser". Est-ce que ces sentiments te sont déjà montés à la tête, entraînant des problèmes ?
  • Lui : Je ne suis pas quelqu'un qui dépasse facilement les limites ! Le champ de jeu est fixé, après je ne cherche pas à les dépasser sans en parler entre deux plans à la lope que je fais progresser.
    Après, si la lope est très hard, je peux me laisser aller puisque je sais qu'il n'y a aucun problème : un mec que je vois régulièrement m'attend tête renversée sur le lit. Il est défoncé, et me donne comme consigne de faire ce que je veux. Là je peux me lâcher, et je n'hésite pas ...
    Il faut garder un truc à l’esprit : les mecs que je lope sont avant tout des partenaires, des potes. On passe souvent beaucoup de temps à discuter avant/pendant/après, de cul, de sm, ou bien de tout et de rien. Certains sont devenus des amis à part entière sans rester mes amants.
  • Moi : Quel conseil donnerais-tu à un dominant débutant? Et à un soumis inquiet?
  • Lui : DISCUTER ! Trouver un mec qui a envie de parler, qui respecte son partenaire et a envie de tripper à deux, pas un égoïste qui est enfermé dans un schéma de plan et qui refusera de te voir parce que tu ne te sens pas de faire tel ou tel truc. C'est du sexe intellectuel, ça nécessite donc un minimum de partage.
    Le dominant débutant peut faire une liste de ce qu'il veut faire absolument, et de ce qu'il propose, le soumis inquiet lui pourra indiquer ce qu'il aime faire, ce qu'il aimerait essayer, ce qui lui fait peur, et enfin ses limites absolues : ce qu'il refuse d'aborder par principe.
  • Moi : Est-ce que tu as du matériel particulier ou est-ce que tu fais avec les moyens du bord?
  • Lui : Je n'aime vraiment qu'un accessoire : l'écarteur de mâchoires pour ce qu'il implique de lâcher prise de la part de la lope, et de maîtrise de mon côté.
  • Moi : Est-ce que tu as des sites internet que tu aimes particulièrement? Lesquels?
  • Lui : Pour les rencontres, il y a des tas de sites spécialisés que tout le monde connaît bien. Pour la branlette il y a pas mal de blogs sur Erog qui sont assez chouettes.
  • Moi : Est-ce que le dog-training t'intéresse? Et l'urophilie?
  • Lui : L'urophilie je pratique, je m'y suis mis par hasard et maintenant j'adore ça. Pisser sur un mec ou dans sa bouche, c'est - pour moi - le summum de la domination. Après en buvant 1,5 litre d'eau, tu pisses super clair, donc pas de connotation odeur ou excrément, c'est plus cool.
    Dogtraining, là encore, c'est assez mental car tu es dans l'esclavagisme. J'aime bien qu'un mec fasse la vaisselle chez moi, ou le ménage, avant ou après que je le lope. Ça peut poser les bases d'une domination cérébrale, et être très excitant.
  • Moi : Es-tu adepte de la chasteté? As-tu déjà empêché un soumis de jouir lors d'une séance ou entre 2 séances?
  • Lui : Je ne suis pas "adepte" à proprement parler : pas physiquement, même si faire porter une ceinture de chasteté à un mec pourrait m'exciter à mort. Néanmoins, je pratique la chasteté entre deux plans : souvent une lope a interdiction de jouir une semaine avant le plan s'il est prévu bien avant, ou alors interdiction de jouir pendant le plan. Ou alors elle doit jouir à un moment précis.

Voila. Avec ce billet je clos cette série sur les pratiques sexuelles particulières. Je ne pense pas recevoir d'autres textes dans l'immédiat. Mais s'il vous venez l'envie de donner votre point de vue et que vous ne pouvez / voulez pas le faire ailleurs, n'hésitez pas à me contacter. Je ferai un tir groupé de témoignages dans l'avenir si j'ai au moins 3 autres textes.

Je remercie toutes les personnes qui m'ont affirmé avoir trouvé cette série intéressante et / ou qui m'ont dit "j'ai appris plein de choses". Ça me fait vraiment chaud au cœur.

Et surtout je remercie toutes les personnes qui ont accepté de donner leurs points de vue, que ce soit à visage découvert ou pas. Je comprends que ce ne soit pas facile de se montrer autant, j'en ai eu la preuve encore lundi avec le mec dont je parle plus haut. En tout cas, encore une fois, merci!

Commentaires

1. Le mercredi 14 juillet 2010, 09:45 par RPH

J'ai abordé ce thème plusieurs fois dont: http://renepaulhenry.20six.fr/renep...

2. Le mercredi 14 juillet 2010, 10:40 par Tambour Major

Hé ben, c'est vachement intéressant tout ça !! Je ferai un lien global chez moi, tes billets sont d'utilité publique ! Vraiment, félicitations pour cette heureuse initiative. Au delà d'un certain nombre de réponses apportées, ces billets invitent à une réflexion globale sur sa propre sexualité, sur ce que l'on fait, sur ce que l'on aime ou que l'on refuse d'aimer, par peur ou/et ignorance. Et ne plus avoir peur de soi-même.

J'aurais une question à poser à qui voudra bien répondre. Je ne crois pas que le sujet ait été abordé directement, à moins d'avoir mal lu (ou alors c'est alzheimer ^^) : comment les uns et les autres se sont ils découvert dominant / dominés ? Etait-ce une évidence ou est-ce un coté de leur sexualité qui s'est révélé peu à peu, au fur et à mesure ? Y a-t-il eu un événement particulier qui a opéré un déclic : "j'étais avec un mec, je lui ai dit 'fait ça', il s'est exécuté sur le champ, j'ai kiffé" ?
Merci par avance !

3. Le mercredi 14 juillet 2010, 16:51 par Cddb

Moi j'aime assez l'idée que finalement les pédésblogueurs, aficionados et assimilés ne sont pas aussi lisses que ça.
Souvent ils sont quand meme assez chiants, fréquentent les mêmes sites, les mêmes restos, écoutent les mêmes musiques, fréquentent les mêmes gens, quartiers.
Mon Dieu ça fait plaisir de savoir qu'il y en a quelques uns qui sont pas contre mettre un torgnole de temps en temps à leur mec pour se faire sucer la bite.

Ouais, c'est même rafraichissant de pas se sentir - pour une fois - se sentir entouré de princesses.

4. Le jeudi 15 juillet 2010, 12:32 par Ardalia

@Cddb, je crois qu'il y a contre-sens dans ton propos. Il n'est pas question de gifler pour se faire obéir mais de gifler pour exciter le partenaire, c'est vraiment essentiel, comme différence...

@Tarval, cet article est le couronnement de la série, tu fais bien de l'arrêter ici. D'autres choses peuvent être dites, bien sûr, mais on a là quelque chose qui se tient parfaitement, point trop n'en faut.
J'ai connu de près le sadisme, le vrai, celui qui prend son pied à faire souffrir, à faire mal, sa jouissance est basée sur l'anéantissement. Or ici, il appert clairement que le cadre du BDSM ou SM est une sorte de jeu de rôle. La souffrance éventuelle n'est admise que par les deux parties, seulement dans le cadre préétabli du "jeu".
Je ferai bien aussi un billet renvoyant mes lecteurs sur cette passionnante série, mais j'ai un peu peur de les choquer. Comme dit Tambour Major, tu fais pourtant acte ici d'utilité publique ! Sois-en remercié une fois de plus et de grand coeur.

5. Le jeudi 15 juillet 2010, 14:52 par CDDB

Je suis tout à fait d'accord. Mon propos était à l'emporte pièce et ce n'était pas l'essentiel.

6. Le jeudi 15 juillet 2010, 21:48 par TarValanion

RPH : J'ai lu ton billet, il était intéressant, je vais partir à la recherche des autres ;)
Tambour Major : Merci pour le lien global, je l'ai vu en passant chez toi. Quant à ta question, je ne sais pas trop. Je n'ai pas eu de déclic particulier. C'est un état d'esprit, pour moi. Peut-être aussi une extension de ce que je suis moi-même. Peut-être pas petit à petit, mais je n'ai pas eu un jour où je me suis levé en me disant "ah oui, je suis un gros soumis qui adore se faire dominer" ou "Je suis un maitre, je vais dominer les autres." ca serait plus du genre "C'est comme ça et ca l'a toujours été."
Cddb : J'adore la remarque sur l'entourage de princesses! :D
Ardalia : Bonne remarque sur le vrai sadique qui ne mene qu'à la destruction. Et merci pour les louanges. ;) (Vas-y, choque tes lecteurs, ca leur fera du bien.)

7. Le jeudi 22 juillet 2010, 14:21 par Loca

Mdr !! Pauvre Olivier ... xD
Je reviendrai plus tard finir de lire ce dernier article, mais les précédents sont vraiment tres intéressants, puis j'aime bien ta facon d'aborder le sujet en fait ! ^^