Pratiques particulieres

Préface : Ce billet est un billet purement explicatif sur certaines pratiques sexuelles. Vu le sujet, il est possible que vous soyez choqué, voire très choqué. Si ca peut être le cas, je vous déconseille la lecture de la suite de ce billet. Si vous êtes mineur, vous n'avez même pas le droit de lire ce billet.

J'ai demandé à quelques pratiquants de me passer un petit texte afin de donner leur point de vue, leur(s) expérience(s), leurs avis, leurs conseils, etc. Ce billet sera donc sans doute écrits à plusieurs mains.

Ce billet contient des liens vers des sites qui traitent du sujet. Je ne conseille l'ouverture de ces sites qu'aux personnes vraiment intéressés et/ou très ouvertes d'esprit. On ne sait jamais sur quoi on peut tomber.

Attention, ce billet est long.


Une rumeur circulant en ce moment sur twitter fait état d'un intérêt de ma part pour le SM. Je ne sais pas trop d'où ça vient. Mais cette rumeur n'est pas vraiment sans fondement. Je préfère donc la gérer moi-même. Il se trouve effectivement que je suis légèrement fétichiste et intéressé par le BDSM.

Là, normalement, j'ai du perdre quelques lecteurs, au sens propre comme au sens figuré. Pour ceux qui sont juste perdu au sens figuré, je vais commencer par quelques définitions. Le BDSM n'est PAS le SM (ou sado-masochisme). le BDSM, c'est "un ensemble de pratiques sexuelles marginales, fondées sur une relation consentante de dominant à dominé; cette domination pouvant s'exercer de façon psychologique et/ou par le biais de contraintes physiques". Le but n'est pas la douleur ou la souffrance, mais plutôt la restriction, la domination. Et bien sur, il y a un terme très important dans cette définition. Ce terme, c’est “consentant”.

Ça, c'était la définition pour wikipedia. Pour moi aussi. Ce qui m'excite (puisque c'est vraiment d'excitation dont il s'agit), c'est l'idée de me retrouver attaché, limité, restreint. Dominé physiquement, d'une manière ou d'un autre. Et des manières, il y en a plein. Elles composent la pratique nommée Bondage

J'imagine que déjà vous vous représentez une paire de menottes en métal comme celles des flics. Ou un bandeau en tissu noir attaché autour de la tête bloquant tout vision. Certes. Mais ça, c'est vraiment la base. C'est comme se limiter à la soupe au pistou quand on vous parle de cuisine originale.

Personnellement, les menottes en métal, ca ne m'inspire pas. Ça fait du bruit, c'est dur, ca peut blesser facilement et la sensation d'attachement n'est pas très forte. Je trouve nettement plus intéressant des bracelets en cuir ou latex. Moins sonore, moins sujet à blessure. Et là, avec cette bande qui entoure complètement le poignet, on sent vraiment la restriction. Dites vous qu'il existe la même chose pour les chevilles. Et pour le cou. Et pour la taille. Etc... Sans parler des objets encore plus restrictifs comme les camisoles de force ou les "sacs de couchage" (pas ceux de decathlon, bien sur).

D'ailleurs, j'aimerais beaucoup tester ce genre d'objets. Être vraiment coincé sans pouvoir bouger une seule partie de son corps, être entortillé ou recouvert totalement sans pouvoir se libérer. On peut utiliser les sacs de couchage prévus à cet effet (dont je parlais plus haut), mais aussi du film plastique et du chatterton, pour ça. C'est ce qu'on appelle la momification.

Pour moi, il y a principalement ces 2 types de bondage :

  • le premier est composé de "petites" attaches, placées en certains endroits du corps. Plus léger, moins contraignant, il laisse une certaine possibilité de mouvement et un accès facile au corps de la personne attachée.
  • le second est composé d'une seule grosse attache, mais qui couvre tout le corps. Plus difficile à mettre en place, mais plus contraignant. La sensation de contrainte et d'immobilisation est vraiment totale. Par contre, il est plus difficile d'accéder au corps de la personne attachée.

Jusqu'à maintenant, au cours de mes rares expériences, je n'ai pu tester que le premier type. Peut-être qu'un jour j'arriverai à convaincre mon partenaire de passer à l'étape au dessus.

Ces liens permettent à la personne qui attache de faire subir au dominé des épreuves que le dominé n'aurait peut-être pas accepté s'il était libre (ou qu'il accepte plus facilement si elles lui sont imposées). Comme exemple d'épreuve, vous avez les chatouilles, les pincements de seins, le blocage de respiration, la privation d'orgasme, la privation toute simple de mouvement, voire des cas plus extrêmes, comme le fist-fucking ou l'obligation de boire de l'urine. J'ai souvent lu des témoignages racontant des exemples de pratiques légères. Une connaissance (qui commence à peine à pratiquer le BDSM en couple) me disait par exemple avoir attaché son homme au lit, avoir eu un rapport sexuel orgasmique et satisfaisant pour les deux, puis être parti se doucher tout en laissant son homme attaché. Cette troisième étape semble être rien, mais ca reste une privation de liberté, une preuve de domination. C'est aussi ce genre de petit rien qui fait la domination. Il y a un proverbe qui circule dans la communauté : "Ce n'est pas vraiment du bondage tant qu'on a pas vraiment envie de se libérer."

Le BDSM (et donc le bondage) est une pratique fortement liée au sexe. Pour beaucoup, ca se limite à la durée d'un rapport. Mais pour d'autres, en plus du sexe (ou même sans sexe), c'est aussi un art de vivre. La domination se retrouve alors dans la vie de tous les jours. Il y a un dominant et un dominé, avec des rôles bien définis et bien visibles. Vous me direz que dans la plupart des couples, il y a en toujours un qui s'impose plus que l'autre. C'est vrai. Mais je parle là d'une domination totale. En tous temps, en tous lieux. Le Maitre / l'esclave. Le Maitre choisit et impose. L'esclave n'a pas d'autre choix que d'obéir sans discuter

Cette domination peut se traduire par un support physique : collier en cuir ou en chaine, tatouage, cage de chasteté, vêtements particuliers ou absences de vêtements, voire une limitation de mouvement à une maison ou une pièce.

Je vous accorde que ce n'est pas très discret et qu'il est difficile de vivre tous les jours avec une chaine ou un collier en cuir autour du cou. Les tatouages sont plus facilement cachés, mais une fois montrés plus flagrants. Le plus discret reste à mon avis la ceinture de chasteté. Par défi, j'en ai porté une pendant mon week-end à Paris, déplacements en avion y compris, et je pense que peu de gens s'en sont rendus compte. (Mon hôte aurait-il une remarque à faire à ce sujet?) Forcement, je ne suis pas allé à la piscine avec, mais pour le quotidien, ca ne pose pas de problème. Du moins, pas de problème de discrétion. Une cage de chasteté amène d'autres problèmes, mais en même temps, c'est un peu le but (et ca n'empêche pas de vivre)

Il y a sur internet des exemples de foyers qui vivent ainsi. Je pense à Chapshard, à Simba et Fizzgig, ou à Tony Buff et ses garçons. Il y a même un livre qui est sorti dernièrement aux Etats-Unis et qui regroupe des témoignages de couples vivant quotidiennement un rapport dominé/dominant

Mais ce n'est pas simple de vivre une relation BDSM. Il y a une gros à-priori des gens sur ce genre de pratiques (ce qui est aussi une des raisons de ce billet). Il n'est donc pas facile d'aborder le sujet avec son partenaire. A moins de s'être rencontré dans un bar particulier, un site de rencontre consacré ou lors d'une rencontre de l'ASMF. Mais dans les autres cas, comment en parler? Comment dire à son partenaire : "Au fait, j'adoooore être attaché et aveuglé pendant l'amour" ou "j'ai amené un peu de matériel, ca te dérange si je te menotte avant de te prendre sauvagement" ? Bon, j'exagère un peu, mais vous voyez ce que je veux dire. C'est un peu comme un second coming-out, exercice mal-aisé s'il en est. Si vous avez de la chance, votre partenaire ne vous abandonnera pas. Si vous avez vraiment beaucoup de chance, il sera lui aussi intéressé et vous accompagnera au septième ciel, rayon domination. Et avec encore plus de chance (autant vous dire que ca sera rarement le premier), le dominant du couple sera digne de confiance et sérieux.

Digne de confiance, ca coule de source. On ne se laisse pas attacher par quelqu'un qu'on vient à peine de rencontrer (sauf soirée organisée avec encadrement). On ne se laisse pas attacher chez soi, sauf par la personne avec qui on vit. Éventuellement, on contacte un ami avant pour lui dire où on va. Bref, on fait attention. Mais surtout on ne se laisse dominer que par quelqu'un de sérieux. Les accidents, ca arrive à tout le monde, mais dans une moindre mesure au gens qui font attention. Ce sérieux du dominant nous amène au paradoxe du BDSM.

Paradoxalement, dans une relation BDSM, le “soumis”, celui qui est dominé, celui qui est restreint, c’est aussi celui qui est le plus "libre". Ayant perdu (ou abandonné) toute liberté, il a aussi perdu toute responsabilité. Responsabilité qui s’est reporté sur le dominant. Celui-ci doit en effet s’assurer que tout se passe bien, puisque lui seul a la possibilité d’intervenir. C'est le dominant qui est en charge du respect des règles pré-établies. C'est lui qui est responsable du bon déroulement de la relation, du "confort" du soumis. Ce n'est pas de tout repos, de gérer tout ça. Ça demande de l'attention, du respect, du sérieux. (Encore une fois, comme pour toute relation.)

Je pense avoir beaucoup abordé le sujet du bondage et du BDSM. Le fétichisme devrait prendre moins de place, vu que ca a une place moindre dans mes fantasmes. Et il y a moins de choses à dire sur le sujet.

Je suis personnellement intéressé par les vêtements. Surtout les uniformes, mais pas que. Un t-shirt résille, une cravate bien portée, un uniforme de pompier, un simple débardeur, un col mao, un kilt, etc... Tout cela peut m'émoustiller à un moment ou à un autre. Bien sur, ca ne suffit pas à garantir une bonne partie de jambes en l'air et encore moins une relation durable, mais disons que c'est bien pour se mettre dans l'ambiance. Je suis aussi excité par une belle épaule, que ce soit de coté, de face ou de derrière. (Virgile avait une théorie sur le fétichisme de l'épaule ou du biceps et la passivité, mais il n'a jamais voulu l'expliciter.) Je pense que ca transparait sur mes photos de gay-pride.

Je ne sais pas si j'ai dit tout ce que j'avais à dire, tout ce qu'il aurait fallu dire, tout ce que j'avais envie de dire, vu que ce billet a été écrit de manière un peu décousue, en plusieurs fois. Mais je pense avoir fait une bonne approche théorique.

Je pourrais rajouter un peu d'histoire personnelle avant de passer aux témoignages

Moi, je n'ai jamais joué aux gendarmes et aux voleurs, ou aux cowboys et aux indiens. Je n'ai jamais été attaché étant petit. Par contre, j'ai découvert être intéressé par les hommes et par le BDSM au même moment. (Et à ce moment là, j'ai fait des expériences avec des lacets.) Ces 2 facettes de ma sexualité, je les ai acceptées en même temps. J'ai eu assez de mal à m'accepter en tant qu'homosexuel, je suis content de ne pas avoir eu à faire le même cheminement pour mon coté. Je n'ai bien sur pas parlé autour de moi de mes fantasmes autant que de mon homosexualité pour 2 raisons : la principale est que ca ne devrait concerner que moi, la seconde est que le bondage a encore une mauvaise image chez la plupart des gens.

Lors de la construction de ma sexualité, j'ai visité de nombreux sites internet sur le sujet. (J'habitais chez mes parents, un bled paumé dans la montagne.) J'ai commencé dès l'arrivé d'internet à la maison, c'était en 1995. Un des premiers sites était celui d'Eckie. Il existe encore aujourd'hui et j'y suis toujours inscrit. Il m'arrive même d'y participer avec une ou deux fictions. Comme un des témoins à venir, j'ai aussi visité celui de Bondagegate, pas mis à jour depuis un bon moment. Il y avait aussi Chapsard. Ou Hooder. Certains sites ont disparus, d'autres ont évolués. Ou alors j'ai évolué moi-même et abandonné certains d'entre eux.

Quant à mes expériences pratiques, elles sont bien moins évoluées que mes expériences théoriques. Comme vous le savez, je n'ai "connu" qu'un seul homme dans ma vie. Et il n'est pas intéressé. A part un peu de temps en temps pour me faire plaisir. Je regrette un peu, bien sur. Mais on fait avec ce qu'on a. Du coup, je me fais quelquefois des séances en solo, quand mon mec part en déplacement pour un long moment. (Ou quand moi je pars.) Comme ces 4 jours de gay-pride 2010 à Paris, avec ma cage de chasteté. J'ai acquis au fil des ans un peu de matériel

C'est d'ailleurs en faisant la liste de ce matériel que j'ai découvert les fantasmes BDSM de plusieurs personnes de ma connaissance. Ça date d'il y a à peu près un mois et je me suis rendu compte que nous étions plus nombreux que je ne pensais, qu'il était facile de discuter et d'échanger sur ce sujet avec des amis et que certaines personnes "angéliques" cachaient un passé plutôt sulfureux.

J'ai donc proposé à ces personnes de participer à ce billet, de façon anonyme ou pas. J'ai eu diverses réponses : "non", "oui, mais là j'ai pas le temps", "oui, mais je ne sais pas écrire", "oui". Je me retrouve maintenant avec 2 témoignages que je vous livre ici. Peut-être qu'après lecture de ce billet, nous aurons d'autres textes, ici ou sur d'autres blogs


Le premier a souhaité rester anonyme. Il a préféré nous en parler via un interview. Voici ce que ca a donné.

  • me:tu as quelque chose à dire des le début ou je te pose mes questions?
  • Lui: chui un timide moi...
  • ben je pensais a un truc de quand j'étais gamin. Un jour avec des cousins, je devais avoir 12ans, on a fait un jeu de type prisonnier qu'on attache et j'étais le prisonnier ! Je me souviens que j'avais du plaisir à être attaché (même si c'était dans mon inconscient).
  • me: ok
  • et ca t'est resté depuis?
  • Lui: oui c'est un vieux souvenir. Par la suite (qq années plus tard), on jouait en s'attachant à tour de rôle sur une chaise. Mais a l'époque j'étais loin de savoir que j'étais homo et que ce genre de jeu pouvait avoir une connotation sexuelle.
  • me: toujours avec tes cousins?
  • Lui: oui mes pas les mêmes ^^ Je crois que c'est moi qui devais proposer cette idée.
  • me: et toujours sans savoir d'où ca venait.
  • Lui: oui en effet. Je ne le sais toujours pas d'ailleurs
  • me: non, mais maintenant, tu sais à quoi c'est lié. Tu associes ça au sexe
  • Lui: oui c'est vrai. Puis il y a eu internet !
  • me: la découverte!
  • Lui: en effet, surtout quand j'étais étudiant loin de chez moi. C'est là que j'ai découvert que les garçons m'attiraient. Forcement une école d'ingés en mécanique ça aide pas. :)
  • me: que des mecs aux alentours.
  • Lui: et oui... Je regardais des sites traitant du bondage sans savoir réellement pourquoi.
  • me: tu te rappelles du premier? De ton préféré?
  • Lui: oui ..
  • je sais plus le nom c'était un master US .
  • un truc comme Bondage Gate je crois
  • me: Tu parles de ce site : http://bondagegate.com/ ?
  • Lui: oui ca doit être ca
  • me: ok, je connais aussi
  • Lui: ca m'attirait tout en me repoussant
  • me: t'as pas eu de bol, toi
  • Lui: ah bon ? why?
  • me: ben, se construire une identité d'homo et d'adepte du SM avec autant de difficultés...
  • Lui: oui enfin c'est jamais vraiment facile, je connais pas beaucoup de monde pour qui s'assumer a été facile!
  • me: en effet
  • Lui: après le SM c'est plutôt du fantasme, je ne suis pas passé à l'acte pour l'instant
  • me: rien du tout? même pas les poignets attachés ou un truc comme ça?
  • Lui: non, a part des jeux en solo , mais rien a deux
  • me: du coup, tu te définirais comment?
  • Lui: oula je sais pas. Comme quelqu'un qui n'assume pas tout ces désirs. Je sais pas s'il y a un terme pour ça. Un SM refoulé
  • me: refoulé, peut-être. Mais SM? BDSM? Fétichiste? ou tu n'as pas de termes précis?
  • Lui: Fétichiste pour le côté latex/cuir. Après, BDSM, je sais pas trop la définition. SM pour le côté soumission / domination. Pas le côté douleur...
  • me: BDSM est axé domination / soumission, SM contient de la douleur
  • Lui: donc BDSM alors :)
  • me: toi non plus tu ne cherches pas la douleur, juste la domination ?
  • Lui: oui après je crois que j'aime les deux côtés. Je pourrai prendre du plaisir a dominer un mec
  • me: c'était ma prochaine question. :) L'idée de dominer t'excite autant que celle d'être dominé, c'est ça?
  • Lui: oui. Le problème dans l'histoire c'est d'être dans un climat de confiance et pas être avec un tordu, c'est pour cela que je ne suis pas passé a l'acte.
  • me: forcement
  • Lui: mais c'était avant mon mec tout ca. J'ai du mal a lui en parler
  • me: tu as déjà abordé le sujet? Ne serait-ce qu'un peu?
  • Lui: oui récemment d'ailleurs. La communication passe bien
  • me: c'est déjà ça. Il n'a pas rejeté en bloc mais n'a pas sauté sur l'occasion non plus
  • Lui: c'est plus compliqué que ca
  • me: raconte :)
  • Lui: je commence a tester des trucs. Prendre le contrôle de la "situation". Très soft. (Mon dieu tu vas mettre tout cas sur internet ? )
  • me: (oui, oui. Mais sans les noms, bien sur.)
  • Lui: genre utiliser une ceinture en cuir comme jouet.
  • me: c'est à dire? Fessée à la ceinture?
  • Lui: non non, "laisse", "attacher les mains"...
  • me: ah ok. et c'est toi qui domine, là?
  • Lui: oui
  • me: ca vous plait à tous les 2? Ça vous excite?
  • Lui: oui visiblement ca marche :)
  • me: vous pensez aller plus loin? Acheter du "vrai" matériel?
  • Lui: oui ca serai cool
  • me: tu m'avais dit que tu avais regardé des magasins sur internet
  • Lui: oui d'ailleurs on devait faire des courses ensemble
  • me: ca sera quoi votre premier achat?
  • Lui: des attaches en cuirs épais, un bâillon boule. J'aime pas les menottes
  • me: moi non plus. Marrant le bâillon boule, ca a l'air d'être LE premier achat. Une raison particulière?
  • Lui: je sais pas c'est un signe de soumission fort que d'empêcher de parler.
  • me: oui, mais il y a d'autres baillons. Ainsi qu'un bon morceau de chatterton
  • Lui: oui aussi c'est rustique. (http://web-001.meo-team.com/catalog/product_info.php?products_id=8683&osCsid=cf0e10c978ec6c7bcb48dc4456e89932 )
  • me: ah oui, très sympa, ces attaches. Ca réduit beaucoup les mouvements
  • Lui: y a ca aussi mes c'est un niveau au dessus : http://web-001.meo-team.com/catalog/product_info.php?cPath=99_96&products_id=4588
  • me: et bien, ca, je viens justement d'en commander un. http://www.mr-s-leather.com/HT013.html
  • Lui: ouha. Tu es marié ?
  • me: nous sommes pacsé. Mais ca ne l'intéresse pas
  • Lui: ah. Tu fais ça avec un "autre" ?
  • me: non, non. Tout seul. De temps en temps avec mon mec; Pour me faire plaisir, il m'attache
  • Lui: ok
  • me: tu serais prêt à faire le tour des sex-shops et a acheter du matériel SM en direct?
  • Lui: ben le problème c'est mes finances. Avec mes 2 autres passions... le SM c'est encore une passion chère. ^^ Mais oui j'aimerai bien acheter des trucs.
  • me: d'accord. Mais je veux dire, aller au contact d'un vendeur et lui demander du matériel SM
  • Lui: oula... Je sais pas
  • me: et faire la GP en harnais de cuir ?
  • Lui: oh non. C'est dommage qu'il n'y ai pas des bogosses en cuir à la GP, en général il ne sont pas top top....
  • me: des minets, tu veux dire? C'est vrai que les mecs en cuir à la gp sont plutôt du style bear
  • Lui: genre tie guy uk :)
  • me: petite question. Tu me parlais d'attaches en cuir. Est-ce que tu aimerais aller plus loin? Genre camisole ou sac de couchage verrouillable?
  • Lui: oui pourquoi pas en effet.
  • me: longtemps?
  • Lui: je crois que c'est histoire ca va mal finir :) Long-terme bondage, tu veux dire ?
  • me: long terme, faut voir. Mais plusieurs heures
  • Lui: oui je sais pas trop, why not
  • me: ok. Et ceinture de chasteté, tu en penses quoi?
  • Lui: non pas trop ça me branche pas
  • me: meme pas pour le soumis?
  • Lui: je sais pas, ça doit faire mal ce truc
  • me: non
  • Lui: tu as essayé visiblement.
  • me: pas si c'est bien mis. Ben oui, pendant tout mon w-e à Paris.
  • Lui: ah oui ! Ouah.
  • me: du vendredi matin au lundi aprem
  • Lui: pas la nuit quand même ?
  • me: ben si, sinon, ca vaut pas
  • Lui: c'est ton copain qui t'as imposé ça :)
  • me: non, non, c'est moi. Un espèce de défi
  • Lui: ben c'est courageux
  • me: et là, je l'ai remise. Depuis dimanche. Objectif : la garder jusqu'à mercredi prochain
  • Lui: ca fait combien de temps que tu es avec ton copain ?
  • me: 6 ans en octobre. Mais en ce moment, il n'est pas là
  • Lui: ok, tu en profite alors :)
  • me: voila
  • Lui: ca m'arrive de faire des trucs en solo quand mon mec n'est pas la
  • me: quel genre?
  • Lui: me contraindre tout seul avec des attaches
  • me: un peu dangereux, non?
  • Lui: non c'est soft
  • me: oui, mais moins fun alors
  • Lui: avec du gros scotch
  • me: pas mal. Sur les mains? les poignets? le visage?
  • Lui: oui par exemple
  • me: juste des attaches ?
  • tu en profites pour te masturber aussi?
  • Lui: ben oui
  • me: moi aussi

Le second est Kitt67. Il en parle ouvertement sur ses blogs et n'a pas hésité à donner son point de vue et à répondre à 2 ou 3 questions supplémentaires.

Il y a quelques jours, j'ai publié sur mon blog les photos d'une actrice d'une série TV que je regarde en ce moment et qui est vêtue d'une magnifique combinaison en cuir rouge ultra moulante avec les cheveux tirés en arrière et tenant un homme en laisse. Cela lui donne un côté dominatrice SM inattendu et c'est vrai que j'ai bien apprécié la scène.

Car, je ne m'en suis jamais caché, il y a deux choses qui me font fantasmer, les weshs et les plans SM. C'est surtout le coté matériel qui m'attire, utiliser un harnais, un cockring, un sling, etc, s'abandonner à l'autre sans plus rien maîtriser etc...  donne une perspective

Mais c'est aussi l' une des raisons qui explique que je n'ai jamais franchi le pas. Pour que ce genre de plan fonctionne, il faut avoir une confiance aveugle et absolue en la personne en face et c'est vraiment pas facile à trouver. Comme le dominant a un contrôle quasi total, si il part en vrille cela peut devenir catastrophique. En plus comme je suis très très douillet...

Je pense que cela restera un fantasme et que je continuai à mater ce genre plan sur mon pc quand je me tripoterai la nouille.

  • Me: Ça date de quand, ce fantasme SM?
  • Lui: Je crois que j'avais 16/17 ans quand a commencé à m'intéresser. Je crois que j'avais 17 ans quand je me suis inscrit sur mon premier site de rencontre SM.
  • Me: C'est juste un coté attaché / domination ou il y a aussi la recherche de la douleur (pas forcement énorme)? (Remarque, tu dis que tu es douillet, donc tu dois pas chercher la douleur.)
  • Lui: C'est vrai que c'est le côté matos/soumission qui m'attire le plus. La douleur c'est le truc qui coupe tout chez moi.
  • Me: Tu en as déjà parlé à ton mec? Ça a donné quoi?
  • Lui: Huuum, je crois ne lui jamais en avoir parlé car comme je l'ai dit dans mon texte, c'est un fantasme et je pense qu'il en restera à ce stade bien qu'il ne faut jamais dire jamais.
  • Me: Juste une dernière question à laquelle je viens de penser : tu parles du premier site. Tu te rappelles de son nom?
  • Lui: smboy.net mais je ne te donnerai pas le lien des photos :D

Voila, ce billet est fini. Si vous avez des questions, les commentaires ou mon mail sont là pour ça. Si vous voulez donner votre point de vue, votre expériences, vos conseils, etc., c'est pareil. Mail ou commentaire

Commentaires

1. Le samedi 10 juillet 2010, 01:14 par Antoine

Merci pour ces témoignages. Article vraiment intéressant.

2. Le samedi 10 juillet 2010, 09:07 par Billbezac

Je c est d' ou ça te vient tout ça mais je prefaire pas en parle ici

3. Le samedi 10 juillet 2010, 09:27 par samantdi

C'est très instructif en effet, je n'avais jamais entendu parler de cet emploi du "sac de couchage" ;-)

Après ce billet, tu vas crouler sous les propositions, d'après moi...

4. Le samedi 10 juillet 2010, 09:58 par TarValanion

Antoine : Avec plaisir. Content que ca t'ait plu.
Billbezac : On en parlera. ;)
Samantdi : Tu ne verras plus le camping de la même manière. ;) Malheureusement, je me verrai dans l'obligation de refuser toute proposition à caractere sexuel.

5. Le samedi 10 juillet 2010, 10:30 par McM

Il manque un interview de dominateur ;-)

6. Le samedi 10 juillet 2010, 10:53 par kitt67

J'adore ton style rédactionnel. Vivement la suite.

7. Le samedi 10 juillet 2010, 11:26 par orpheus

Bon, bah, rien de vraiment choquant... (Tiens, d'ailleurs, je me dis, que je pourrais exhumer une certaine expérience de ma mémoire...)

8. Le samedi 10 juillet 2010, 14:03 par TarValanion

McM : Desolé, les personnes contactés n'avaient pas ce genre d'expérience. Si tu en connais...
Kitt67 : Mon quoi??? C'est écrit à l'arrache.
Orpheus : Je me dis que tu pourrais effectivement nous en faire part. :D

9. Le samedi 10 juillet 2010, 14:29 par brol

Je me demandais si tes interrogations au sujet de piercing sur les tétons était liée à cette pratique ?

10. Le samedi 10 juillet 2010, 17:28 par Machin (Je vais garder comme nick pour commenter ici :D)

Je suppose que les rapports de domination verbale -se faire traiter de "doux mots"- et psychologique dans une relation sexuelle rentrent dans la catégorie du BDSM soft. (Je ne le classais nulle par avant de lire ton billet, tout à fait intéressant par ailleurs)

Marrant parce que dans une relation BDSM plus poussée (Liens, contraintes etc.) je préfère être le Maître, alors que dans la relation que je décris ci-dessus, j'adore être le Soumis, pourvu que le mec cadre bien avec mon idée du Maître. (Se faire traiter de lopette ou de petite pute par un mec qui n'a pas le charisme voulu - et le physique ne fait pas tout en la matière, même si, chez moi, il joue pas mal- c'est plus rigolo qu'excitant, ce qui est un peu con...)

Accessoirement, mêler les deux, n'est pas impossible (se faire insulter par le type qu'on a attaché pendant qu'on "abuse" de lui, c'est un truc qui me branche bien par exemple :p)

11. Le dimanche 11 juillet 2010, 01:16 par Ardalia

Très intéressant et instructif article, me voilà fort édifiée ! D'ailleurs, je me sens devenir une très vilaine fille... ;)

12. Le dimanche 11 juillet 2010, 20:36 par Cddb

C'est un peu decevant qu'une rumeur Twitter te conduise à en parler publiquement mais ton billet est très bien construit.
Par ailleurs, faut insister sur la dimension intellectuelle du truc qui, au-delà de la domination est la base de tout rapport sm soft ou hard.
C'est rare d'en entendre parler aussi franchement, mais c'est beaucoup trop mystifié pour être abordé rapidement et tu l'as très bien fait.

13. Le dimanche 11 juillet 2010, 22:01 par Loca

Les premieres lignes m'ont fait ouvrir les yeux ronds comme des soucoupes, mais au final cet article est vraiment tres interessant. Il faut un certain courage je crois, ou une tres grande ouverture d'esprit, pour poser les choses comme tu l'as fait.

14. Le dimanche 11 juillet 2010, 22:02 par TarValanion

Brol : non, je ne pense pas, vu que c'est mon choix personnel.
Machin : Je vois que tu a une bonne imagination, toi aussi.
Ardalia : On a vu ça hier soir, oui.
Cddb : C'est justement parce que c'est mystifié qu'il faut en parler. c'est pour montrer aux gens ce que c'est et comment ca se passe.
Loca : Courage, ouverture d'esprit. Et peut-etre un peu de folie aussi pour se devoiler autant.

15. Le dimanche 11 juillet 2010, 22:34 par brol

Folie ou besoin de ne pas se complaire dans la facilité d'un paraître lisse et stéréotypé ?
En tous cas, il est vraiment très bien ton billet car simple et non simpliste et sonne "vrai" sans fioritures. Très rafraichissant.

Bon, à part ça, et parce que j'ai une réputation à tenir : qu'est-ce que c'est chiant que la case "se souvenir de moi" soit partie en vacances au Groenland ;-(

16. Le mardi 13 juillet 2010, 23:49 par mume

Merci, j'ai découvert "le sac de couchage".
Éclairés et consentants les partenaires, insistes beaucoup sur ces deux mots.
Mon histoire perso me fais rejeter toutes contraintes, au point de ne pas porter de chaussures à brides.
Les accessoires non contraignants ma foi....

17. Le dimanche 18 juillet 2010, 22:42 par Jonathan D.

Je pourrais faire un copier/coller du commentaire de Cddb tant je suis d'accord avec ce qu'il a dit.

18. Le lundi 16 août 2010, 21:27 par Arnaud Seldon

Coucou ! Très intéressant. Je connais très peu le SM (qui ne m'intéresse pas comme pratique sexuelle). Par contre, je me souviens d'un épisode de Queer as Folk US qui aborde la question et de Ted qui est initié à cette pratique. Ainsi que de l'expérience particulièrement émancipatrice qu'il en ressort. Cela m'avait marqué car jamais je n'avais vu les choses sous cet angle.

Merci pour ce billet. :-)

19. Le mercredi 25 août 2010, 20:21 par TarValanion

Mume : Effectivement, le consentement doit aller de pair avec l'éclairement (au sens figuré).
Arnaud Seldon : Content que ca te plaise. Te rappelles tu de quel épisode précis il s'agissait? C'était la version US ou UK?