L'homme qui brule

Le billet précédent était ma participation aux billets en sablier. L'amorce venait du blog "La vie en rousse", plus précisément du billet On efface tout et on recommence publié par  Tassili le 28 juin 2007. Et la photo, vous pouvez la voir sur cette page[1].

Le photographe s'appelle Gabe Kirchheimer. Il participe tous les ans au festival du Burning Man où il prend à chaque fois plein de photos.

Et j'arrive enfin au but de ce billet : vous parler du Burning Man. Le Burning Man est un festival qui a lieu tous les ans pendant la dernière semaine d'aout dans le désert de Black Rock au Nevada. C'est un festival créé en 1986 par Larry Harvey et qui repose sur 10 principes : Inclusion complète - Don - Absence de commerce - Autonomie complète - Libre expression - Effort commun - Responsabilité civique - Pas de traces - Participation - Expérience.

Mais surtout le grand principe, c'est surtout la liberté et le respect: liberté d'être soi-même, liberté d'action et respect des autres. Pendant le festival, chacun peut s'habille comme il veut (voire si il veut). Chacun peut pratiquer les activités qu'il souhaite tant qu'il ne porte pas préjudice aux autres. Le Burning Man, c'est en gros un festival ou chacun fait ce qu'il veut. Ce n'est pas un festival de quelque chose. C'est juste un festival. Il y a des danseurs, des musiciens, des peintres, des architectes, etc, etc... Pendant toute une semaine, le désert devient le plus grand atelier artistique au monde.

Et à la fin, pendant la toute dernière nuit, il y a le Burning Man. Le vrai, celui qui a donné son nom au festival. Le Burning Man, c'est une statue géante en bois de forme humanoïde qui est érigé au début du festival et détruite par le feu le dernier soir. La statue du premier festival, construite par Larry Harvey et Jerry James, faisait 2,40 mètres de hauteur et la plus haute a atteint 24 mètres. Elle brule toute la nuit et signale la fin du festival. Le lendemain matin, chacun repartira chez soi (après avoir laissé l'endroit tel qu'il était à son arrivé) et reprendra sa vie normale.

Le Burning Man, c'est la concrétisation de l'anti-conformisme.[2] Il y a des pdg qui abandonnent leurs costumes trois pièces pour se promener en costume de yéti. Il y a des SDF qui construisent des cathédrales. Il y a des jeeps en forme de bananes. Il y a des courses de vélo seins nus. Et il y a des tableaux où chacun écrit ses peurs et les efface.

Alors forcement, les détracteurs vont dire que c'est un repaire de gauchistes, de drogués et d'obsédés sexuels. Que chaque participant s'adonne au stupre et à la luxure. Que la drogue circule librement et que l'alcool coule à flots. Certes, il y a une part de vérité. Mais en fait, c'est juste une histoire de liberté. En fait, il y a de l'alcool qui circule, un peu comme dans n'importe quelle boite de nuit. Il y a aussi quelques drogues douces qui sont utilisées par ceux qui le veulent. Et pour le sexe, chacun fait ce qu'il veut

En fait, c'est une expérience unique. Je pense qu'il est impossible d'en ressortir indemne. Il doit se passer trop de choses pendant cette semaine pour que ça ne change rien. D'ailleurs tous ceux qui l'ont vécu vous le diront.

Et pour justement entendre ces témoignages, vous pouvez récupérer le reportage de Zone Interdite qui circule sur le réseau ed2k. Ou vous pouvez aller sur le site officiel du Burning Man.

[1] : "Ne pas reproduire la photo sans permission, bla bla bla..." Du coup, je mets un lien et pas la photo elle-même.
[2] : Wow!! Je fais des phrases magnifiques, je trouve!

Commentaires

1. Le lundi 14 avril 2008, 15:54 par kheyliana

oui, on ne doit pas ressort indemne, mais je pense aussi que l'on peut en revenir plus fort ou du moins libérer des entraves que l'on se crée ...
à quand notre burning man à nous ...
J'aime aussi le mur de la peur, où l'on peut les écrire un jour et ne plus les y retrouver le lendemain.
J'aime l'idée qu'une angoisse peut s'évaporer aussi vite

2. Le lundi 14 avril 2008, 16:04 par kheyliana

alors je recommence

oui, on ne doit pas ressortir indemne, mais je pense aussi, que l'ont peut en revenir plus fort, ou du moins, libéré des entraves que l'on se crée...
à quand notre burning man à nous ...
J'aime aussi le mur de la peur, où l'on peut les écrire un jour et ne plus les y retrouver le lendemain.
J'aime l'idée qu'une angoisse peut s'évaporer aussi vite

sorry pour les fautes ;-)

3. Le mercredi 16 avril 2008, 16:01 par Ditom

C'est bizarre ce truc... ça fait envie et peur à la fois!

4. Le vendredi 18 avril 2008, 14:55 par TarValanion
Kheyliana : Je te fais une réponse poussée bientôt.
Ditom : Moi ca me fait juste envie, pas vraiment peur! :D