Marathon des mots

Mon homme m'ayant abandonné, je me retrouve seul dans mon immense loft sans personne à qui parler ou à serrer dans mes bras. Les nuits sont longues dans le lit froid et vide. Et je desespere.

Du coup, pour eviter de me suicider à coup de pates aux lardons et de chips au vinaigre, je me suis lancé dans quelques achats. Et comme je suis pas accro aux vetements, je me suis penché sur les bouquins.

Chez TarVal, en ce moment, c'est la fete du livre.

J'ai commencé par relire "Neverwhere" de Neil Gaiman. En faisant un tour dans la ville à coté de chez mes parents, j'ai retrouvé un livre d'une serie de ma jeunesse "Langelot" (Bibliotheque verte). J'ai continué en commandant chez Amazon, un exemplaire en VO de "L'art Invisible", l'oeuvre de Scott McCloud. Impossible de trouver la VF, que ce soit sur Amazon ou ailleurs. Quelques jours plus tard, depuis chez mes parents, j'ai commandé le "Guide noir des Pyrénées Mystérieuses", toujours sur Amazon. La livraison des deux allait prendre un certain temps, j'ai donc relu des bouquins de chez moi. En particulier, "La chambre d'Albert Camus", de Ron l'Infirmier, pendant mon trajet vers Paris. Comme L'auteur etait là, j'en ai profité pour lui demander une dedicace. Il s'est acquitté de cette tache avec bonne humeur et de nombreux mots. Le probleme, c'est que Toulouse-Paris, c'est long et au retour, j'avais deja fini le livre. Du coup, lundi soir, avant d'aller au cinéma, je suis allé faire un tour à la Fnac. Je me suis pris un Grisham (même si ce n'etait pas celui que je cherchais) et le livre de Susanna Clarke intitulé "Jonathan Strange & Mr Norrel". Apres l'avoir acheté, on m'en a dit du bien (c'est à peine si Wizmaster ne me l'a pas volé sur place), et pour le moment, ca se laisse lire. Surtout que cette semaine, j'ai pas trop eu le temps de lire au boulot.

L'etape suivante, c'etait hier. La librairie Album de Toulouse accueillait en seance de dedicace Monsieur le Chien, bd-bloggueur delirant, auteur d'un album que j'avais acheté pour sa sortie il y a plusieurs mois et surtout membre du bureau directeur du C.H.I.B.R.E.S. (si vous ne savez pas ce qu'est le CHIBRES, je vous invite à aller au bas de cette page). Malheureusement, MLC, bien qu'ayant de la famille à Montauban, avait dedicacé son livre dans toutes les regions de France, sauf dans le Sud-ouest. C'est maintenant chose reparé. Là, je vais faire une parenthese dans la liste de mes achats pour vous raconter cette seance. Deja, j'ai pretexté une urgence familiale pour annuler mon rendez-vous chez le dentiste. La vie est une question de priorités, apres tout. Je suis passé chez moi recuperer l'album et j'ai sauté dans le metro dès ma sortie du boulot. Je suis arrivé vers six heures parmi les derniers. Heureusement que j'avais mon exemplaire avec moi, parce qu'il n'en restait pas beaucoup à la librairie. J'ai donc attendu avec les autres. J'ai du attendre un bon moment avant d'apercevoir la star. Comme l'attente se deroulait à cotés des rayonnages, nous pouvions bouquiner tranquillement en attendant notre tour. En plus, le chef de la librairie avait preparé de quoi boire et de quoi manger. La jeune fille qui attendait derriere moi et moi-même nous sommes plus ou moins jeté sur les pringles, ce qui a bien fait rire le patron. Au bout d'une à deux heures d'attente, j'ai pu apercevoir Monsieur le Chien. Contrairement à ce qu'il veut nous faire croire, il n'est pas moche à rendre aveugle les gens qui le regardent. En fait, il n'est pas moche. Certes, ce n'est pas Georges Clooney ou Brad Pitt, mais je le mettrais quand même dans la moyenne normale, pas dans les moches. Cependant, il est jouffleux. Alors que ses auto-portraits ont un visage carré, MLC a une bouille ronde. Petit à petit, la file avance et mon tour approche. Le mec devant moi n'a pas d'inspiration et offre à l'artiste de faire ce qu'il veut. Celui-ci lui repond qu'il va lui faire le president, surtout qu'il le reussit mieux depuis qu'il lui a allongé le cou. S'en suit un petit moment de silence et une discussion un peu surrealiste vu que chacun parle d'un president different, celui du CHIBRES dans l'esprit de MLC et celui de la republique dans l'esprit du jeune dedicacé (et dans le mien aussi, saleté de medias). Evidemment l'un etant grand comme un jour sans pain et l'autre aussi petit que teigneux, la difference apparait rapidement sur la feuille. Et puis, c'est mon tour. Comme j'avais beaucoup aimé le portrait de Miguel, jeune guatemalteque vigoureux visible en bas de cette page sur son blog, je lui ai demandé de m'en faire un comme ca, mais avec un drapeau breton. Et j'ai été comblé (par le dessin, hein). MLC sait tout dessiner (sauf les voitures) et sous mes yeux ebahis (surtout par la rapidité d'execution), j'ai vu apparaitre un magnifique ephebe. Mise à part une petit hesitation au moment de dessiner le bras gauche (MLC a dû regarder son propre bras), l'artiste a dessiné un superbe male en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Le patron de la librairie qui passait par là faisait remarquer que normalement le bout n'est pas tout à fait de cette couleur, ce à quoi le dessinateur repond qu'il a une autre couleur, mais que ca donnera plutot une idée d'irritation qu'autre chose. J'ai donc une magnifique representation du petit frere d'Erwann Le Braz sur la couverture de mon album. Et j'en suis tres tres content. J'ai chaleureusement remercié l'artiste et le patron et je suis rentré chez moi, heureux. Normalement, la librairie fermait à 19h, mais le patron a accepté d'attendre un peu et MLC a dedicacé jusqu'à pas d'heure. C'etait vachement sympa de leur part. Moi, je suis sorti à 20h30 et il restait encore 3 personnes derriere moi. Par contre, j'ai completement oublié de demander au bd-bloggueur une petite baffouille sur mon carnet d'or de bloggueurs. Bah, ce n'est que partie remise.

Et ce matin, evidemment, je suis allé recuperer mon exemplaire de "Harry Potter and the deathly Hallows", que j'avais reservé au Bookshop. Je l'ai commencé tout de suite en prenant mon petit dejeuner dans un bar (abandonnant au passage ma lecture de "Jonathan Strange & Mr Norrel"). Franchement, une tasse de thé, une crepe nutella, un peu de musique et le dernier Harry Potter, si ce n'est pas le bonheur, ben, j'en veux pas, du bonheur.
Je suis repassé chez Album pour acheter les BDs que je n'avais pas pu prendre la veille. J'ai craqué pour le tome 1 de la Rubrique Scientifique et pour Mû, de Hugo Pratt. Je voulais discuter avec le patron de ce qu'il m'avait dit la veille, mais il etait occupé avec ses papier et j'ai pas osé le deranger.

Apres ca, je suis rentré chez moi, sous la pluie... J'etais trempé à l'arrivée, mais tellement content!

Et en photo ici-même, tous les livres dont je vous ai parlé.

Commentaires

1. Le lundi 23 juillet 2007, 11:01 par Naya

Depuis le temps qu'on me dit qu'il faut que je lise Neverwhere, je crois que je vais finir par le faire. Ce livre me poursuit, il est peut-être temps de me laisser rattraper.
Et, sauf exception rare, un dessinateur ne sait jamais dessiner une voiture, si, si, j'te jure ;)

2. Le lundi 23 juillet 2007, 12:58 par Chondre

Cela s'appelle faire chauffer sa carte bleue, non? :))

3. Le mardi 24 juillet 2007, 11:56 par TarValanion

Naya : Neverwhere est un des bouquins qu'il faut avoir lu, même si ce n'est pas un de mes preferés de Neil Gaiman. Et je suis d'accord avec toi pour les voitures et les dessinateurs.
Chondre : Ouais, c'etait un peu le principe.