Masturbation encéphalique

Quand je suis arrivé à Toulouse en Septembre 1998, pour débuter mes études, j'ai découvert une nouvelle radio : Le Mouv'. Je suis tombé dessus tout à fait par hasard, en réglant mon radio réveil. Mais comme la programmation me plaisait beaucoup, je suis resté dessus. Tout le temps que j'ai habité à Toulouse, je suis resté branché sur cette radio.

Elle me plaisait beaucoup. La musique était complètement à mon gout, les animateurs et animatrices bien sympas, il n'y avait pas de pub, ils passaient des titres entendus nulle part ailleurs et il y avait des petites rubriques intéressantes sur la culture, l'informatique, le rock, les sorties, etc... Bref, plein de trucs intéressants. Une radio quasi-parfaite, à mon sens. Il y avait 3 choses qui me plaisaient vraiment, dans l'ordre : la musique, l'absence complète de publicité et les journaux courts et intéressants (avec des vrais nouvelles, pas que du foot ou du people).

Les rubriques et journaux, toujours courts mais bien construits, en faisaient une radio jeune mais pas débile. Une radio pour les lycéens et étudiants, mais qui ne les considéraient pas comme des consommateurs.

En plus, les studios étaient basés à Toulouse, ce qui m'a permis de rencontrer quelques animateurs pendant mes années de fac.

A l'époque, le slogan de la radio était "L'esprit rock". Et ca leur allait bien. La musique était principalement du rock ou assimilé, l'ambiance était plutôt "jeune" et vivante. Au fur et à mesure des années, la programmation a évolué, mais sans trop changé. Apparemment, ils essayaient de faire mieux, mais sans trop dévier de leur ligne éditoriale. Ça marchait bien. Quand j'ai déménage dans l'Est, j'ai été très triste de ne plus capter cette radio.

Et puis je suis revenu sur Toulouse. Je me suis rebranché sur la fréquence du Mouv'. Tout allait bien. J'entendais à nouveau de la bonne musique, je découvrais des artistes, j'écoutais des reportage. Encore une fois le grand amour.

J'avais un principal reproche cette dernière année : une émission co-animé par un ancien chanteur toulousain et qui n'avait aucune expérience de comment parler dans un micro. Faire de la radio, ca demande quand même une certaine expérience et des attitudes que tout le monde n'a pas. Mais bon, à part ça, aucun problème.

Jusqu'à ce funeste mois de septembre 2010. Lors de cette rentrée, une grande publicité a été faite à propos de la nouvelle programmation. Des débats, des antennes ouvertes, des reportages. A entendre ces pubs, ca avait l'air intéressant. Sauf que on a tout perdu. tout ce qui faisait vraiment Le Mouv' a disparu. Au lieu d'avoir une radio rock, jeune, vivante, musicale, intéressante, on a maintenant un espèce de mélange raté entre France Inter et France Culture.

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Je ne crache pas sur France Culture, ni sur France Inter. Ces radios ne sont pas ce que je recherche, mais elles ont des rôles et des publics différents.

Je dis juste que, premièrement, Le Mouv' n'atteint pas le niveau de qualité de ces 2 autres radios; secundo, ce n'est pas son rôle. Actuellement, Le Mouv' n'est plus une radio musicale, ni une radio jeune. Actuellement, on entend plus souvent des gens débattre que de la musique. Et quand je parle de débats, c'est vraiment le pire dans ce qui se fait à ce niveau. Des longues phrases dont on a oublié le début lorsqu'on arrive à la fin, des interruptions et des sujets inintéressants au possible.

L'autre jour, je me suis tapé 3/4 d'heure de discussion sur des anecdotes à propos de Phil Spector. Éventuellement, Phil Spector, je veux bien. Musique, rock, influence, etc... ok. Mais pas 3/4 d'heure sur des anecdotes sans rapport avec la musique.
Une autre fois encore, c'était près d'une demi-heure de bla-bla ininterrompu sur la cuisine gastronomique préparée avec les fruits et légumes du jardin.
Et ce soir, discussion sur un classement d'intellectuels français (BHL, Badinter, D'Ormesson, etc...). J'ai appris que 82% des français avaient déjà entendu parler de BHL, mais que à peine 9% avouaient qu'il avait une influence sur leur pensée. Vous vous en foutez? Moi aussi! Ça ne s'est pas fini aussi vite, hein. Ils ont ensuite parlé, et je cite textuellement, de "la figure sartrienne". Déjà, "sartrien", c'est un mot qui n'existe pas. Et puis, franchement, à partir du moment où un animateur (ou un invité) dit cette formule sur une radio, cette radio perd tout crédibilité en tant que radio "jeune".

Je ne parlerais pas de la nouvelle "Matinale". Je n'apprécie pas du tout les 2 espèces de clown qui l'animent, mais c'est peut-être un jugement personnel. En tout cas, je ne ris pas du tout. J'ai plutôt l'impression d'entendre Cyril Hanouna, en pire...

Bref, je n'aime pas du tout cette nouvelle ligne éditoriale. Messieurs-Dames du Mouv', s'il vous plait, rendez-nous l'Esprit Rock qui faisait votre force.

(DaScritch, je te vois arriver avec tes gros sabots. Je ne nourrirai aucun troll que tu tenteras de laisser sur ce billet.)

Commentaires

1. Le lundi 11 octobre 2010, 22:02 par Virgile

Je ne peux pas être plus d'accord. Il y a des plages horaires, genre en fin d'après-midi, où c'est devenu carrément inécoutable. Rendez-nous notre radio ! Avec plein de gros rock qui tache comme jusqu'à l'année dernière !

2. Le mardi 12 octobre 2010, 10:54 par Ultimatom

Perso, il m'arrivait d'écouter cette radio le matin pendant mes études à Toulouse entre 1997 et 2003, je trouvais ça hyper ennuyeux, je n'ai jamais compris le battage qu'on faisait autour de ce clone de NRJ qui passait 15 fois par jour le même morceau. Bizarrement, ce que tu racontes dans ton billet à propos des blas-blas me donnent au contraire envie de retenter de l'écouter ;-)

3. Le jeudi 14 octobre 2010, 16:54 par Khey

J'ai écouté le mouv jusqu'en 2005 et ai bifurqué vers RTL 2 que j'écoute chaque matin au réveil. je pars à heure fixe, juste après le journal de 6h45 ;-)