Où l'on parle de l'interet et de sa relativité

Vous savez que je ne suis pas seulement présent sur ce blog, mais aussi sur twitter et sur tumblr.  Ces 2 plateformes, même si on peut les qualifier de micro-blogging, sont à mon sens complètement différentes du blog au sens "traditionnel". Les contenus de tumblr et twitter sont pour moi plus spontanés, plus immédiats, plus éphémères. Du coup, les relations entre utilisateurs sont aussi complètement différentes.

J'en veux pour preuve le "Recommend Tuesday" et le "Follow Friday". Ces deux titres cachent des traditions particulières, respectivement sur tumblr et twitter. Mais le principe est le même. Le jour correspondant, chacun peut conseiller à ceux qui le lisent de suivre une ou plusieurs autres personnes. Sur twitter, il suffit d'écrire un message contenant le terme "#FF" (pour FollowFriday) suivi des pseudos correspondants. Sur tumblr, il faut aller sur une page particulière, marquer l'adresse du tumblog qu'on veut recommander et le thème qu'il aborde principalement. 

Personnellement, je ne participe jamais à ces traditions. Pourquoi? Parce que ce qui m'intéresse n'intéressera pas forcement ceux qui me lisent. Et c'est là que je veux en venir : l'intérêt est un concept complètement subjectif.

Je pense qu'actuellement beaucoup de gens confondent "intéressant" et "rentable". L'intérêt n'est pas forcement rentable. La rentabilité est objective, plutôt facile à mesurer. Qu'est-ce que ca m'apporte? Qu'est-ce que j'y gagne? Est-ce que ca augmente mes possessions / mes connaissances / mon pouvoir ? (vous allez me dire qu'une chose rentable pour une personne peut ne pas l'être pour un autre. Certes, mais la rentabilité reste facilement mesurable. Qu'est-ce que, moi informaticien, j'y gagne? qu'est-ce que lui, boucher-charcutier, y gagne? Vraisemblablement pas la même chose, mais au moins, on sait quoi. (Et combien.)) L'intérêt peut se limiter au plaisir. Ça m'intéresse parce que c'est un ami, parce que c'est rigolo, parce que j'apprends des choses, parce que j'y gagne. L'intérêt peut être rentable mais peut aussi ne pas l'être.

Du coup, lorsque je dis que quelque chose ou quelqu'un ne m'intéresse pas, je ne cherche pas à le rabaisser. Il ne m'intéresse pas, moi, mais il peut intéresser quelqu'un d'autre. Il y a peut-être un jugement de valeur (et encore, je n'en suis pas sur), mais c'est une valeur personnelle, subjective. et d'ailleurs, il ne faudrait pas dire "Untel n'est pas intéressant", mais plutôt "Untel ne m'intéresse pas". Et comme nous sommes fondamentalement tous différents.

Et puis qui suis-je pour dire : "Lui, il est intéressant" ou "Elle, il faut la suivre"? Éventuellement, je veux bien signaler un article, un tweet, un billet, une photo, une vidéo. Je veux bien faire des RT à tire-larigot. Je veux bien reblogger des billets. Et à vous de vous faire votre propre opinion. A vous de vous dire si les auteurs vous intéressent.

Donc, je ne fais jamais de #FF. Je ne saurais pas vraiment qui choisir. Une seule fois, j'ai réussi à conseiller un twitter. Il s'agissait de Maitre Eolas. Mais je ne me vois pas faire de #FF @Maitre_Eolas, puisque, de toutes façons, tout le monde le suit déjà.

De temps en temps, des gens me FF. Ça fait toujours plaisir. Je me dis qu'il faudrait remercier. (Et puis j'oublie.) A moins que ce ne soit un AutoFF. Là, je trouve ça limite insultant. l'AutoFF est un petit programme qui fait un #FF avec la liste des personnes à qui on a parlé dans la semaine. C'est automatique. Même plus la peine de réfléchir, de ressentir. Pas vraiment d'émotion, pas vraiment d'implication. L'auto-FF est le pire moyen de FF quelqu'un.

Mais sachez en tout cas que même si je ne vous FF pas, je vous aime bien, vous m'intéressez. Et si je dis que vous ne m'intéressez pas, ca n'enlève rien à votre valeur propre. C'est peut-être moi qui ai un problème, pour ne pas arriver à vous trouver intéressant. (Ou pas.)

Commentaires

1. Le vendredi 12 novembre 2010, 20:20 par Jonathan D.

Héhé, je ne suis pas sur twitter, donc je n'ai pas pu faire de #FF comme tu dis, mais j'ai cité ton tumblr dans un billet récemment (le 10 octobre), il fait parti des 5 que je suis, j'aime beaucoup son contenu :)

2. Le vendredi 12 novembre 2010, 21:51 par Da Scritch

Donc il faut que je te retire de mon prochain #FF ?

3. Le samedi 13 novembre 2010, 10:15 par Tambour Major

Comme tu l'as dit hier soir au TC, je twitte en dents de scie (très espacées les dents). Je m'y suis remis cette semaine après avoir hésité à supprimer mon compte, juste pour me souvenir de la raison pour laquelle je twitait si peu.

Et la première question est : twitter ? Mais pourquoi faire ?

Pour exister et cracher l'encre de son existence à la gueule de ceux qui nous suivent ? Pour jouer au voyeur et savoir à la seconde près ce que fond ceux que l'on suit ? Non... Je m'en fous. Comme tu le dis : cela ne m'interesse pas. C'est le même genre de publication stérile qui me fait détester FaceBook.

Ce qui pour moi fait un bon tweet c'est l'anecdote piquante, le détail qui tue, la phrase en or (genre "les romains étaient cons comme des bananes"... déformation inside) ou l'info utile, en lien avec l'actualité nationale ou internationale.



Concrètement Tiwtter me permet de maintenir un certain lien, d'en créer d'autres. C'est un artefact, comme toutes les relations virtuelles. Une opportunité d'avancer dans la relation que l'on peut avoir avec d'autres personnes. Mais je ne crois pas au amitiés pléthoriques ni aux amitiés strictement numériques.



Je me demande comment on fait pour suivre les twitts de 200, 300 personnes voire beaucoup plus sans y consacrer 100% de son temps... Twitter devient en effet très vite chronophage et l'utilité (le bénéfice) retiré de cette énergie dépensée me paraît bien maigre. Alors en définitive je suis très peu de personnes (même pas quarante) pour l'essentiel des blogueurs, ainsi que quelques sites d'info : Le Monde, Libé, Slate, et un site diplomatique. Je suis suivi par assez peu de personnes (une quarantaine je crois) certainement parce que je ne joue pas le jeu de twitter plus vite que mon ombre. Il en va de même sur ma page FB d'ailleurs...

Je me suis inscrit sur twitter un beau jour "pour voir", pour être dans le coup. Pour l'instant je maintiens mon compte. L'avenir nous dira quel sors lui est réservé.

4. Le dimanche 14 novembre 2010, 22:49 par Sekhmet la Rouge

Tiens, je suis sur Twitter et sur Tumblr et je ne connaissais aucune de ces traditions. Il faut dire que je ne cherche pas spécialement à me créer et à entretenir une communauté d'amis virtuels.

Je suis sur Twitter pour suivre les gens (ou les sites) qui m'intéressent, parce que c'est la façon d'être tenu informé le plus rapidement possible de la mise en ligne d'un nouvel article sur un blog, d'un nouvel épisode d'une série ou d'un podcast.

Je suis sur Tumblr pour garder la trace de tous les trucs qui m'ont intéressée sur le web.

Dans les deux cas, ils s'agit d'un usage finalement assez égocentrique, mais du coup, je comprends très bien ta définition de l'intérêt et le fait que ça n'intéresse pas forcément les autres.

5. Le mardi 16 novembre 2010, 19:51 par brol

Donc tu ne m'apprécies pas puisque tu ne me suis pas sur twitter et ne réponds jamais à mes interpellations ?
Snif, trop dur !